Nous sommes à Naples en 1931. En cette fin du mois de mars, un vent glacial souffle sur la ville et une nouvelle choquante frappe les esprits : le grand ténor Arnaldo Vezzi voix sublime, artiste de renommée mondiale, et ami du Duce a été retrouvé sans vie dans sa loge du Théâtre royal San Carlo, juste avant le début d’une représentation du Paillasse de Leoncavallo. Sa gorge a été tranchée avec un fragment acéré de son miroir qui a volé en éclats. Un crime aussi spectaculaire et aussi sensible sur le plan politique doit être élucidé au plus vite ; l’affaire est donc confiée à un enquêteur hors du commun : le commissaire Luigi Alfredo Ricciardi, de la brigade mobile de la police royale.


Je ne peux pas dire que j'ai accroché à cette lecture pour trois raisons principales : le cadre, le personnage du commissaire et la part de surnaturel. Découvrir Naples au début du 20ème siècle en hiver, avec la pauvreté, le froid venteux, cela m'a un peu rebutée. Pour continuer, je n'ai pas du tout accroché avec ce commissaire distant, froid... Des commissaires taciturnes c'est pas mal quelquefois mais là c'était un trop pour moi. Quand au surnaturel, ce n'est pas trop ma tasse de thé mais cela ne fut pas l'écueil principal. Une lecture que je vais vite oublié. Je ne lirais pas les autres tomes de la série, cela au moins c'est certain.

Lecture qui entre dans le Challenge de Liliba 

D'autres avis chez "encore du noir" , sur Babelio , chez "actu du noir" 

L'hiver du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni L'hiver du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni
Retour à l'accueil