1845. Montréal s'étend au rythme des arrivées d'immigrants et des nombreuses naissances.
Léonie, sage-femme, accompagnée de sa fille Flavie, met ses talents et son savoir au service de toutes les mères, riches ou pauvres, mariées ou non. Esprit moderne, elle aspire à changer les mentalités : faire évoluer le statut des femmes, permettre à chacune d'entreprendre les études qu'elle souhaite.
Un nouveau monde se lève. Mais pour que les accoucheuses y obtiennent la reconnaissance qu'elles méritent, il leur faudra lutter avec fierté contre le poids de l'Église conservatrice et l'emprise corporatiste des médecins.

J’ai vraiment apprécié cette lecture sur différents plans de cette histoire.

En premier lieu, la famille Montreuil est une famille atypique. Le père est un libre penseur, la mère travaille et aspire à mieux pour elle et ses enfants et en particulier pour ses filles.

L’environnement médical est en pleine mutation et les relations entre les accoucheuses et les médecins sont complexes.

Le contexte politique et social de l’époque au Canada est intéressant même si mon manque de connaissance de la création de ce pays m’a sûrement manqué pour comprendre certaines situations.

Je ne sais pas quand, mais je lirais sûrement la suite de la vie de la famille Montreuil.

Lecture dans le cadre du Club Lire et Délires dont le thème était de lire "Une saga"

et pour "Québec en Novembre " organisé par Karine et Laurence.

Les accoucheuses Tome 1 d'Anne-Marie Sicotte
Retour à l'accueil