roman épistolaire, séparation, vieillesse,

roman épistolaire, séparation, vieillesse,

Après cinquante-six ans d'un mariage fusionnel, la maladie de Zika la contraint à quitter Joseph et leur maison pour Paris. Hébergée chez leur fille, elle pourra plus aisément bénéficier de soins hospitaliers tandis que son mari, recueilli par leur fils, se languit loin d'elle, à Montfort. Dès lors, les amants esseulés nourrissent une correspondance passionnée où chacun redécouvre ses enfants, leurs failles, leurs blessures et leurs reproches – les fruits amers d'un amour exclusif, tragiquement récoltés au soir de leur vie... 

Ce petit roman épistolaire soulève pas de questionnements : Quelle est la place des enfants dans une famille où le couple est fusionnel ? Que deviennent les relations parents-enfants lorsque les rôles s’inversent ? Découvrir ses enfants sous un autre jour et devoir l’accepter ou pas ? La souffrance des personnes âgées à qui on impose des choix car les corps commencent à lâcher alors que la tête fonctionne encore ?  Cet échange de lettres se suffisaient à lui-même, c’est mon ressenti. Je n’ai donc pas aimée la chute que j’ai trouvée disproportionné en regard de l’histoire de cette famille. Je n’y ai pas cru. Cela à donc gâcher cette lecture qui était pourtant bien partie pour me plaire.

J’ai lu ce roman dans le cadre du club « Lire et Délires » dont le thème était de lire une histoire qui se déroule dans la nouvelle Occitanie ou bien un auteur de cette même région.

D'autres ont lu ce roman : Blablamania  Antigone  Mélo...

Retour à l'accueil