Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2009-08-31T19:39:00+02:00

Des petits bouts ...

Publié par Anjelica
Chose promise, chose due à Ofelia et à vous également...Voici quelques photos de mon nouveau chez moi.

Pour d'abord, un coin du jardin



















Mon mandarinier qui n'en finit pas de fleurir et de donner des fruits
































Au salon, éclairage à la mode marocaine


et une partie du coin repos : lecture et télévisionnage



































A la prochaine fois pour une nouvelle visite...

Voir les commentaires

2009-08-30T08:00:00+02:00

Les larmes se ressemblent : Louis Aragon

Publié par Anjelica

Suite à une idée de CELSMON, voici ma participation aux dimanches poétiques

 

 

Les larmes se ressemblent

 

Dans le ciel gris des anges de faïence

Dans le ciel gris des sanglots étouffés

Il me souvient de ces jours de Mayence

Dans le Rhin noir pleuraient des filles-fées

 

On trouvait parfois au fond des ruelles

Un soldat tué d'un coup de couteau

On trouvait parfois cette paix cruelle

Malgré le jeune vin blanc des coteaux

 

J'ai bu l'alcool transparent des cerises

J'ai bu les serments échangés tout bas

Qu'ils étaient beaux les palais les églises

J'avais vingt ans Je ne comprenais pas

 

Qu'est-ce que je savais de la défaite

Quand ton pays est amour défendu

Quand il te faut la voix des faux-prophètes

Pour redonner vie à l'espoir perdu

 

Il me souvient de chansons qui m'émurent

Il me souvient des signes à la craie

Qu'on découvrait au matin sur les murs

Sans en pouvoir déchiffrer les secrets

 

Qui peut dire où la mémoire commence

Qui peut dire où le temps présent finit

Où le passé rejoindra la romance

Où le malheur n'est qu'un papier jauni

 

Comme l'enfant surprit parmi ses rêves

Les regards bleus des vaincus sont gênants

Le pas des pelotons à la relève

Faisait frémir le silence rhénan

 


Voir les commentaires

2009-08-27T15:02:00+02:00

Wanted, choisis ton destin de Timur Bekmambetov

Publié par Anjelica

Wesley Gibson a toutes les raisons du monde d'être malheureux. Tyrannisé par son patron, malmené par ses collègues de bureau, trompé et humilié par sa petite amie, ce jeune loser victime d'angoisses récurrentes, ne survit qu'à coup de tranquillisants et de plateaux repas macrobiotiques. Dur à vingt-cinq ans...

C'est alors qu'une fille de rêve fait irruption dans sa triste vie. Fox est une tueuse d'élite, affiliée à une secte ultrasecrète : la Fraternité, dont les membres se sont érigés en instruments du Destin. Leur devise séculaire : "Un homme de tué, mille hommes de sauvés"...

L'heure est venue pour Wes de prendre la suite de son père et de découvrir en lui-même des ressources, une soif de violence, des réflexes et des aptitudes insoupçonnés. Sous la tutelle du mystérieux et charismatique Sloan et de Fox, Wes commence un entraînement rigoureux qui va faire de lui le meilleur assassin de la Fraternité.

Devenu le favori de la secte, Wes a aussi la tardive satisfaction se venger de ses anciens tourmenteurs. Mais l'ivresse du pouvoir n'a qu'un temps ; bientôt, il devra apprendre ce que nul ne peut lui enseigner : tracer sa propre voie et contrôler sa destinée...

 

Mon avis : Lorsque j’ai les neurones qui ne connectent plus beaucoup et le physique qui me lâche, rien de mieux pour moi qu’un film d’action. Pas besoin de réfléchir cela repose donc le cerveau mais cela tient éveillé pour peu que le tout ne soit pas trop mal ficelé. Et ce fut le cas pour ce film : De l’action, de l’hémoglobine (il en faut et puis cela ne m’impressionne pas trop), des effets spéciaux pas mal du tout, un héros au demeurant fort sympathique et une méchante-gentille (on ne sait pas trop) à la plastique irréprochable. J’ai donc passé un bon moment, le but fut atteint.

Un petit bémol cependant, je trouve que Morgan FREEMAN (que j’ai tant apprécié dans les prestations suivantes : ‘Azim le grand’ dans une version de Robin des bois et surtout pour son rôle dans ‘les évadés’ très bon film, tiré d’un roman de Stéphen KING), ne se renouvelle pas suffisamment dans ces derniers rôles.

 

Voir les commentaires

2009-08-22T10:30:00+02:00

Quand les années passent...

Publié par Anjelica


























''J'ai un profond respect des dates anniversaires Ces portes que le Temps dispose autour de nous Pour ouvrir un instant nos coeurs à ses mystères Et permettre au passé de voyager vers nous."

 "Un bon mari ne se souvient jamais de l'âge de sa femme, mais de son anniversaire, toujours."

"
Je me demande si fêter ses anniversaires ça ne fait pas vieillir."

Et pour me faire plaisir et à vous aussi j'espère, voici de la SALSA !
 
 




Bon week-end à tous et toutes



Voir les commentaires

2009-08-20T10:50:00+02:00

Plus ramollos que des chamallows

Publié par Anjelica
Mr et Mme Anjelica ne sont pas très "zanimaux" pour de multitudes de raisons diverses et variées...Mais avec les années, Mr et Mme Anjelica se sont lamentablement ramollis
Et nous avons fini par céder à la pression de Lara (Miss Wikibibi mais elle ne veut plus que je l'appelle comme cela même sur mon blog ) et compte tenu de ces bons résultats en seconde, nous avons accepté qu'elle ait un animal. Moi-même et ma moitié, nous avons une petite préférence pour les chiens mais là pas question que KIKESESOIT vienne dégrader mon jardin, donc j'ai mis mon VETO alors il restait l'option 'chat' donc Papounet Anjelica n'était pas très friand. Mais un Papounet et sa fifille c'est un duo très spécial et il a fini par céder...
Voila donc la demoiselle à la recherche de son chaton sur Internet et à la maman de la promener à droite et à gauche sous la canicule toulousaine et de sortir la CB afin d'acheter le minimum vital pour acceuillir ce nouvel habitant...
Finalement nous sommes rentrées hier soir avec une petite chatte grise et marron qui s'appelle Nora. La nuit de Lara a était quelque peu perturbée par la première nuit de son petit animal qui cherche ces repères mais elle a l'air heureuse. C'est le principal, non ?

Voici quelques photos :

Voir les commentaires

2009-08-12T17:24:00+02:00

Va où ton coeur te porte de Susanna TAMARO

Publié par Anjelica

Seule dans sa maison battue par les vents d'hiver, une vieille femme qui n'a plus que quelques mois à vivre écrit à sa petite fille. Avant de disparaître, elle souhaite resserrer les liens distendus par les aléas de l'existence. Pour cela, elle n'a que des mots. Des mots d'amour, ou des mots qui l'entraînent à évoquer sa propre vie. Elle raconte sans pudeur ni complaisance son enfance solitaire, son mariage de raison, la mort tragique de sa fille et parle pour la première fois du seul homme qu'elle ait aimé.

 

Mon avis : Si je n’aime pas les livres qui parlent des états d’âme de trentenaires  qui se regardent le nombril, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit d’un récit évoquant les pensées et l’existence d’une personne qui a un passé et des secrets. Ce roman est écrit sous forme de lettres que la vieille dame écrit à sa petite fille et ce choix m’a semblé judicieux.  J’aime beaucoup l’idée de transmettre une part de soi par ce biais là. C’est un roman plein de sensibilité et d’amour et également un livre qui analyse l’impact de notre famille, de notre éducation sur nos choix et sur la manière dont nous le transmettons par voie de conséquence à nos propres enfants. Ce roman nous parle également du passage si délicat de l’adolescence et des incompréhensions qui peuvent naître de part et d’autres.

Une très agréable lecture dont les 227 pages sont suffisantes afin que le récit ne devienne pas redondant.


En aparté : Je suis revenue de la médiathèque avec 7 livres alors que j’ai de quoi dans ma PAL et que je n’ai qu’une petite semaine de vacances (la semaine prochaine). Je me suis installée sur la terrasse afin de lire tranquillement les 4èmes de couvertures et j’ai ouvert celui-ci car Flo la Schroumphette m’en avait parlé. C’est étonnant comme dès les 1ères lignes, j’ai su que ce livre me plairait et c’est assez souvent que je ressens cela. En est-il de même pour vous ?

Par ici vous pouvez lire de billet d'Arlette, de Caroline, de Virginie, de Edigo, de belle de nuit
chez bouquin

Voir les commentaires

2009-08-04T20:42:00+02:00

Deux femmes à Paris de Nine Moati

Publié par Anjelica

Deux jeunes femmes se retrouvent, en 1935, voisines dans un immeuble du XIème arrondissement de Paris. Maya, juive de Tunisie, a quitté pour toujours le soleil de son pays et le souvenir de sa mère aimée. Son mari est journaliste au Populaire. Maud, qui vivait de ses charmes à Marseille, s'est fait offrir un atelier de modiste par son amant, financier des ligues d'extrême droite. Pour Maya comme pour Maud, cette amitié naissante qui rompt leur isolement est une promesse de bonheur. C'est compter sans les caprices de l'Histoire. Nous sommes en 1939 et la vie des deux héroïnes, comme celle de millions de Français, va basculer. Maya se retrouve seule avec sa petite fille dans la France occupée, sans nouvelles de son mari entré en Résistance... Survivra-t-elle aux persécutions et à la déportation sans le soutien de son amie ? Et celle-ci, qui vit une grande passion avec un officier allemand, échappera-t-elle à l'épuration de la Libération ? A travers deux destins diamétralement opposés, Nine Moati dépeint une amitié puissante et généreuse qui trouve toute sa dimension dans la tourmente de la guerre. «Une comédie humaine à la mode séfarade où affleurent beaucoup d'humanité et d'émotion.»


Mon avis : Un livre à l’écriture simple qui raconte l’improbable amitié de deux femmes que presque tout aurait pu opposer. C’est sans compter sur les évènements qui uniront ces deux personnalités et leur permettront tant bien que mal de traverser les épreuves de la guerre. Une fois de plus, il nous est donné de constater que les êtres et les choses sont bien plus complexes qu’un simple c’est bien ou c’est mal. Une agréable lecture mais il est dommage que les personnalités des deux protagonistes n’ait pas été mieux fouillées. Ce livre a été porté à l’écran en téléfilm et le style d’histoire convient bien à ce traitement il me semble. Merci à Nanne qui m’a offert ce livre dans le cadre de notre échange sur le thème du cinéma.

 


Voir les commentaires

2009-08-01T17:27:00+02:00

The reader (le liseur) de Stephen DALDRY

Publié par Anjelica

Allemagne de l'Ouest, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Un adolescent, Michael Berg, fait par hasard la connaissance de Hanna, une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Commence alors une liaison secrète et passionnelle.
Pendant plusieurs mois, Michael rejoint Hanna chez elle tous les jours, et l'un de leurs jeux consiste à ce qu'il lui fasse la lecture.
Il découvre peu à peu le plaisir qu'elle éprouve lors de ce rituel tandis qu'il lui lit L'Odyssée, Huckleberry Finn et La Dame au petit chien.
Hanna reste pourtant mystérieuse et imprévisible. Un jour, elle disparaît, laissant Michael le coeur brisé.
Huit ans plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre Nazi. Il retrouve Hanna... sur le banc des accusés.
Peu à peu, le passé secret de Hanna est dévoilé au grand jour...

Film américain et allemand avec Kate Winslet, Ralph Fiennes, David Kross , sorti en salle le 15/07/2009


Mon avis : Ce film est tiré du roman ‘le liseur’ en français de Bernard Schlink que j’ai lu il y a quelques années déjà et qui fut un coup de cœur pour moi. Par contre, avec les années, je garde un fort souvenir de ce livre, mais dans son ensemble, pas sur les détails. Donc contrairement à certaines, je ne ferais pas de comparaison entre le livre et le film.

Cette histoire traite de beaucoup de sujets : le 1er grand amour tout particulièrement quand il est hors norme et de la découverte pour un jeune homme de la sexualité et de la sensualité.  Cette histoire montre également comment chaque personne ressent et vit de manière particulière le passé historique de son pays. Et que dire du sentiment de culpabilité et de son transfert car finalement dans cette histoire, il me semble que celui qui est le plus touché par la culpabilité c’est bien Michael. Michael qui a aimé passionnément une femme énigmatique dont il ne connaissait pas le passé au moment de leur liaison. Pourtant Michael culpabilise lorsqu’ il apprend le passé d’Hanna.

Et que dire du pouvoir des mots ? Hanna aime qu’on lui lise des romans, elle vit les mots et ressent les histoires au plus profond d’elle-même et cela touche Michael qui affectionne la littérature. Alors comment une telle femme, a-t-elle pu commettre un tel acte ? J’ai l’impression que c’est une des questions que se pose Michael lorsqu’il découvre le crime d’Hanna…

 Il me semble qu’une fois de plus, ce roman et donc ce film nous montre qu’un être humain c’est fort complexe et que la plupart du temps il n’est ni noir ni blanc mais qu’il peut être les deux suivants les circonstances, suivant beaucoup de paramètres qu’il serait trop long d’énumérer.  De plus, il est facile avec le recul et derrière un roman ou un film de dire que nous n’aurions pas du tout réagi de la même manière qu’Hanna, que notre morale nous aurait poussé à la compassion…Mais réellement qu’aurions-nous fait dans ce cas et dans bien d’autres, si nous avions été adultes lors de la 2ème guerre mondiale ?

Pour finir, je vous dirais que j’ai aimé ce film mais que ce n’est pas un coup de cœur comme le fut le livre. J’ai beaucoup apprécié le jeu du jeune David KROSS qui joue le rôle de Michael adolescent, et  Kate Winslet est parfaite dans le rôle d’Hanna. Par contre, depuis son interprétation dans ‘la constance du jardinier’, je ne suis pas du tout convaincu par le jeu d’acteur de Ralph Fiennes. Je trouve que les rôles d’introvertis ne lui vont pas. Désolée Nanne.

Vous êtes quelques-unes à avoir vu ce film : Antigone, Dasola et je rejoins LEVRAOUEG sur deux points : la 1ère partie du film aurait pu être un peu plus courte et la dernière scène au domicile de la rescapée est dérangeante.


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog