Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2009-10-29T17:09:00+01:00

La cité des jarres de Arnaldur INDRIDASON

Publié par Anjelica

Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. L'inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un " truc bête et méchant " qui fait perdre son temps à la police... Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la " cité des Jarres ", une abominable collection de bocaux renfermant des organes...

 

Mon avis : J’ai découvert l’univers d’INDRIDASON, avec la femme en vert’ son deuxième polar qui m’a remué et j’ai adhéré de suite au personnage du Commissaire ERLENDUR et à l’univers de cet auteur. ‘La voix’ son troisième opus m’avait toutefois quelque peu déçu. ‘La cité des jarres’ qui est donc le premier de la série  est un cran au dessous du second, à mon humble avis, mais toutefois dans la même veine.  L’enquête en elle-même n’est pas spécialement originale mais elle est menée de manière judicieuse et lente comme dans la femme en vert. Cela donne une impression de réalité. Quand on a lu les deux premiers opus, on sent chez INDRIDASON un besoin de revenir au passé ou dans le passé que ce soit au niveau de l’enquête ou dans l’enfance du commissaire par exemple et cela me plait de faire le parallèle. Une bonne lecture même si à aujourd’hui mon préféré reste ‘la femme en vert’.

 

En aparté : Merci à Erzebeth qui m’a offert ce livre pour mon anniversaire.

 


Voir les commentaires

2009-10-27T06:05:00+01:00

Quelques similitudes

Publié par Anjelica
Voici un skech de Magdane que j'ai vu récemment et pour lequel j'ai bien ri et je vous jure que j'y ai trouvé quelques similitudes. Ma demoiselle faisait que me dire : ' Arrête de rire,Maman'.

Pour les jeunettes qui passeraient par là, ne pensez pas que je sois méchante et pour celles qui ont des adoslescents à la maison, je sais que vous comprendrez...

 

Voir les commentaires

2009-10-25T09:00:00+01:00

Les feuilles mortes de Prévert

Publié par Anjelica
Dans le cadre des dimanches poétiques de Celsmoon, j'ai décidé de continuer d'y participer mais en prenant des textes de chansons. Je les accompagnerais de la version chantée, si je la trouve.

Je commence par 'les feuilles mortes' de Prévert, je ne suis pas originale sur ce coup mais j'aime beaucoup ce texte et puis il se prête avec la saison.


)Les feuilles mortes

( paroles Jacques Prévert - musique J. Kosma )

Oh ! Je voudrais tant que tu te souviennes,

Des jours heureux où nous étions amis,

En ce temps-là, la vie était plus belle,

Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

 

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,

Tu vois, je n'ai pas oublié,

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,

Les souvenirs et les regrets aussi,

 

Et le vent du Nord les emporte

Dans la nuit froide de l'oubli,

Tu vois, je n'ai pas oublié

La chanson que tu me chantais

 

C'est une chanson

Qui nous ressemble,

Toi, tu m'aimais,

Et je t'aimais,

Et nous vivions

Tous deux ensemble,

Toi, qui m'aimais,

Moi qui t'aimais

 

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,

Tout doucement, sans faire de bruit,

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis

 

C'est une chanson

Qui nous ressemble,

Toi, tu m'aimais,

Et je t'aimais,

Et nous vivions

Tous deux ensemble,

Toi, tu qui m'aimais,

Moi qui t'aimais

 

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,

Tout doucement, sans faire de bruit,

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis

En version musicale :

Tout d'abord, bien-sûr : Yves Montand


Voir les commentaires

2009-10-24T07:00:00+02:00

Allez hop je me lance enfin !

Publié par Anjelica


Biographie de Robert Olen Butler

Né à Granite City, Illinois le 20 janvier 1945, écrivain américain.

Après des études en dramaturgie à Northwestern University et à la University of Iowa, et après divers petits boulots, Robert rejoint Fairfield Publications avant de devenir rédacteur en chef de Energy User News. En 1969, il se retrouve au Vietnam dans les Services de renseignement et sert de traducteur après que l'Armée lui eut payé des cours de langue ; expérience qui sera la base de beaucoup de ses écrits. Ses nouvelles sont publiées dans The New Yorker, Esquire, Harper's, The Athlantic Monthly, et Zoetrope, le magazine de Francis Ford Coppola. Le premier de ses dix romans 'The Alleys of Eden' (1981) est suivi de 'Sun Dogs' (1982) et 'They Whisper' (1994). 'Mr Spaceman' (2000) est une sorte de roman hybride constitué de quinze histoires. Son premier livre de nouvelles 'A Good Scent from a Strange Mountain' (1992) obtient le Prix Pulitzer en 1993 : quinze narrateurs fictifs y parlent de la diaspora vietnamienne. Ses recueils ne sont pas un simple rassemblement de nouvelles isolées, mais sont liées les unes aux autres pour former un tout. En 1996, il publie un second recueil 'Tabloid Dreams'. Il a également publié un essai 'From where you Dream : The Process of Writing Fiction' (2005). L'oeuvre de Robert Olen Butler, souvent en monologue intérieur, explore l'altérité, l'importance de la langue, les mémoires douloureuses et est un mélange inextricable de tragédie et de comédie, de culture pop et de 'haute' culture, drôle et déchirant tout en même temps.

(Information prise sur EVENE)

Cet auteur est très peu présent sur la blogoboule de LCA.

Toutefois, on trouve un billet chez ‘Chimère’ qui parle de son roman ‘Mots de tête’, plusieurs chez EIRANN dont ‘Nuit close à Saïgon’ ou de son recueil de nouvelles ‘Un doux parfum d’exil’

Quand à moi, j’ai découvert cet auteur avec son roman ‘La fille d’Hô Chi Minh-Ville’ qui reste mon grand coup de cœur de ces dernières années.

Vous trouverez mon billet sur ce livre ici chez Biblioblog, le billet de Zazimuth a qui j’ai offert ce livre lors d’un de nos échanges et un billet de Thierry Collet.

J’ai longtemps hésité avant de vous proposer ce roman en livre-voyageur car je prends le risque que certaines d’entre vous ne l’aime pas du tout  ou même le déteste et là, je sais que mon petit cœur fragile va saigner …Mais il se peut également que certaines  l’aiment beaucoup. En tout les cas, j’aurais au moins tenté de faire découvrir un auteur peu connu parmi nous.  Je sais que vous avez toutes des PAL énormes mais ce livre ne fait que 195 pages ...

Si cette découverte vous tente, vous pouvez vous inscrire dans les commentaires et me laisser vos coordonnées sur mon adresse mail qui est la suivante : anjelica_blog@yahoo.fr.

Pour revenir à ce billet, vous pouvez cliquer sur le logo 'livre-voyageur' à gauche de mon blog.

La chaîne :


1/Alice de chez Malice, son billet ici 

2/Marie des lectures pêle-Mêle, son billet ici 

3/Liliba (les lectures de Lili), son billet ici 

4/Celsmoon

5/Choco et son grenier, son billet ici

  6/ARLETTE, son billet  ici

7/YUEYIN

8/Goëlen

9/Vanille-Abricot (espèce de bohémienne)

10/Nathouc

11/KIKINE

12/Hambre de chez Hambrelie

 

Voir les commentaires

2009-10-23T06:00:00+02:00

Petite anecdote de la vie ...

Publié par Anjelica
Mardi après-midi, je sortais de la poste d'où j'avais envoyé un colis à Zazimuth pour notre  échange automnal. Je remonte dans ma voiture, prête à démarrer lorsque je vois un monsieur d'un certain âge et d'un âge certain s'approcher de moi.
Je me suis dit : { Mais que me veut- il ? }

Le monsieur : -Si vous allez vers Lasbordes, il y a un contrôle d'alcoolémie. (Ai-je la tête d'une alcoolique ? ) , mais ils ne m'ont pas eu, je ne suis pas 'rond' à cette heure-ci me dit-il tout facétieux.

Je précise toutefois que le monsieur sentait fortement l'alcool (j'ai un nez très sensible à ce genre d'odeur).

J'ai eu l'impression que ce monsieur ne m'a pas dit cela pour m'avertir au cas où, mais plutôt car il était tout content de ne pas s'être fait prendre !

Voir les commentaires

2009-10-21T08:00:00+02:00

Entre soeurs de Kristin Hannah

Publié par Anjelica

Meghann Dontess est une avocate généreuse et combative, mais qui a fait le vide autour d'elle. A ses yeux, sa sœur Claire, avec qui elle n'a presque plus aucune relation, est l'incarnation de la frivolité. Pourtant, l'espace d'un été, quand des hommes entrent dans leurs vies, Claire et Meghann vont comprendre que leurs différences peuvent aussi les rapprocher. Elles vont surtout comprendre pourquoi, quand Claire avait neuf ans, Meghann avait été contrainte de s'éloigner d'elle. Un roman doux-amer, tendre et délicat, sur les liens familiaux, les erreurs commises au nom de l'amour et le pouvoir apaisant des nouveaux départs

 

Mon avis : Suffira t’il d’un été afin de radoucir, de soigner quelques peu ces blessures du passé qui nous pèsent et nous figent dans des comportements faussés ?  Comment prendre ou reprendre sa vie et ses relations avec les autres en main, lorsqu’un parent irresponsable et immature vous a laissé en total manque de confiance vis-à-vis des autres et surtout de l’amour ? Comment retrouver foi  en soi et aux autres ? Les personnages de ce roman que ce soit les deux sœurs ou tous les autres personnages sont bien campés et la romancière les fait évoluer petit à petit afin que le puzzle de toutes ces relations prenne forme.  Le roman  se termine bien et j’ai apprécié car je ressentais de l’empathie pour ces deux sœurs et leur relation compliquée. Une très agréable lecture.

En aparté : J'ai pris ce roman à la médiathèque pour ma demoiselle mais elle n'était pas intéressée. Finalement c'est moi qui l'aie lu.

Voir les commentaires

2009-10-19T06:00:00+02:00

L'ombre du caméléon de Minette WALTERS

Publié par Anjelica

On ne revient jamais sain et sauf de l'enfer. De retour d'Irak, où son tombés ses hommes, le lieutenant Charles Acland ne voit plus la vie du même œil. A moitié amnésique, le visage marqué par un éclat d'obus, l'homme doux que ses amis connaissaient n'est plus qu'une plaie ouverte, violente. Des haines coupables, des phobies nouvelles ternissent l'uniforme héroïque de miraculé qu'on voudrait lui passer. Aussi la police londonienne, complètement dépassée par une vague de meurtres homophobes, voit-elle en cet être marginalisé, un tueur idéal. Toutes les victimes ne sont-elles pas d'anciens soldats gay, violés puis battus à mort ? Le profil colle à la perfection : humeur changeante, terreur vis-à-vis de la sexualité, personnalité multiple... Le caméléon pourrait bien avoir pris, en Irak, la couleur du sang...


Mon avis : Pas de gore, ni de suspens haletant mais une fine analyse psychologique des personnages et tout particulièrement de notre héros ‘Charles’. Une histoire actuelle très intéressante  en particulier en ce qui concerne les séquelles d’après-guerre, qu’elles soient physiques ou psychiques.

Charles est un personnage torturé. Torturé par l’image qu’il peut donner de lui de par sa nouvelle  apparence physique et également par la mort de deux de ces soldats dont il avait le commandement. Mais ‘Charles’ ne cache t’il pas d’autres tourments ? Pour le savoir, je vous conseille de lire ce livre et de découvrir cette auteure dont je n’avais rien lu jusqu’à maintenant.

En aparté : Je remercie ‘Flo la schroumphette’ qui m’a donné ce livre. Et un livre de moins dans ma PAL !

Vous pouvez lire l'avis de Nini sur 'Cuisine sanglante' de cette auteure.

Un billet sur ce livre chez Bibliosurf

et chez Biblioblog par Laurence

Voir les commentaires

2009-10-16T10:00:00+02:00

500 jours ensemble de Marc Webb

Publié par Anjelica

Tom croit encore en un amour qui transfigure, un amour à la destinée cosmique, un coup de foudre unique. Ce qui n'est pas du tout le cas de Summer. Cela n'empêche pourtant pas Tom de partir à sa conquête, armé de toute sa force et de tout son courage, tel un Don Quichotte des temps modernes. La foudre tombe le premier jour, quand Tom rencontre Summer la nouvelle secrétaire de son patron, une belle jeune fille enjouée.

Au 31ème jour, les choses avancent, lentement. Le 32ème jour, Tom est irrémédiablement conquis, pris dans le tourbillon étourdissant d'une vie avec Summer. 185 jours après leur rencontre, la situation est de plus en plus incertaine ? mais pas sans espoir. Alors que l'histoire fait des allers-retours au sein de la relation parfois heureuse, mais souvent tumultueuse de Tom et Summer, le récit couvre tout le spectre de la relation amoureuse, du premier coup de cœur aux rendez-vous, du sexe à la séparation, à la récrimination et à la rédemption et décrit toutes les raisons qui nous poussent à nous battre aussi ardemment pour arriver à trouver un sens à l'amour... Et, avec un peu de chance, à en faire une réalité.

Film américain, sorti en Septembre 2009 avec Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel, Clark Gregg   Genre : Comédie romance


Mon avis : Un film tendre et romantique, traité avec humour et originalité. Tendresse, car il n’est pas question de se moquer du côté ‘gauche et emprunté’ de Tom, ni de caricaturer la liberté de ‘Summer’. Originalité par l’intervention de graphisme tout au long du  film et d’incessants ‘ aller et retour ‘ pendant ces 500 jours, ainsi que des  petits clins d’œil aux comédies musicales et dessins animés …500 jours où Tom va apprendre qu’un grand amour n’est pas toujours partagé et que peut-être ne faut-il pas trop l’idéaliser ? Les personnages secondaires comme les deux amis de Tom et sa petite sœur rajoutent une touche supplémentaire d’humour  et de réalité. Un film qui ne restera pas dans les annales mais qui est toutefois bien agréable à voir.

Par ici, le billet de Celsmoon et de Choupynette


En aparté : De plus, plaisir partagé avec Choupynette et YueYin et puis bavardages inconsidérés jusque très tard


Voir les commentaires

2009-10-14T08:19:00+02:00

Soie d'Alesandro BARRICO

Publié par Anjelica

Plus que le mortel ennui d'une vie répétitive, c'est une indifférence, une absence de résistance à la vie que Baricco suggère en ouvrant son roman par quelques phrases laconiques, purement énonciatives. Au début, Hervé Joncour fait penser à un spectateur repu qui se refuserait à intervenir dans la pièce qui se joue, et qui pourtant parle de lui.

Voyageur en quête d'œufs de vers à soie, il se voit contraint, pour sauver les industriels de son village, d'effectuer une expédition "jusqu'au bout du monde". Or, en 1861, la fin du monde, c'est un Japon qui sort à peine de son isolationnisme, et, qui plus est, de mauvaise grâce. Et c'est au Japon que la vie du héros prend un tour nouveau en croisant celle d'une femme mystérieuse.

À la fin du roman, plusieurs années se sont écoulées, qui ont paru un battement de cils raconté en douceur par une voix neutre qui a fait défiler sous nos yeux, tels des panneaux de papier de riz, les séquences successives de cette vie impalpable traversée par des personnages d'ombre subtile.

Mon avis : Un livre agréable qui se lit très vite. Il est construit avec des chapitres courts avec certains qui commencent par la même phrase, cela m’a donné l’impression d’une berceuse.

Une histoire qui raconte en peu de pages, le fantasme auquel s’accroche cet homme afin de donner une petite lumière à sa vie tranquille et monotone.  Mais finalement, ce livre ne parle t’il pas d’un semblant de passion  que l’on croit trouver ailleurs, alors que souvent l’amour et le bonheur sont à notre porte ? Peut-être ce livre parle t’il de la difficulté de vivre passionnément nos amours ou notre amour de tous les jours ? Où alors faut-il justement un fantasme ou des fantasmes pour transcender le quotidien ? Je vous le dis tout de suite, je n’ai pas la réponse …

Toutefois, même si ce fut une lecture sympathique dont le format ne m’a pas gêné, je ne comprends pas l’engouement pour ce court roman. Je m’attendais à une histoire ou une écriture plus lumineuse.

Et une fois de plus, je joue mon vilain petit canard !

En aparté : Un livre de moins dans ma PAL et merci à Alice de Strasbourg qui me l’a offert lors de l’un de mes tous mes premiers swaps.

Vous pouvez lire également les avis de :

-Marie qui est sceptique

-Emeraude qui a beaucoup apprécié

-Papillon qui fait partie de celles qui ont aimé

-Emilie dont l'avis est demi-teinte

-YueYin pour qui ce fut une belle lecture

-Et pour finir Blue-Grey pour qui ce fut un coup de coeur et chez qui j'avais noté cet opuscule.

 


Voir les commentaires

2009-10-12T08:29:00+02:00

Crise de romantisme by Anjelica

Publié par Anjelica
Et pour cela, je fais appel à mon amour pour le cinéma...

Suite à la remarque de Marie, voici les titres de ces films.

1/Love story, musique de Francis LAI
     
2/Out of Africa, musique de John BARRY


3/Un été 42, musique de Michel LEGRAND
  
4/Beignets de tomates vertes sur une chanson de Sarah Maclahan mais ce n'est pas la BO du film.


5/ Un extrait du film 'N'oublie jamais'.

Bien-entendu, je conseille tout ces films aux romantiques et aux sentimentales...

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog