Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2013-09-28T06:00:34+02:00

Les grands-mères de Doris LESSING

Publié par Ici ou ailleurs

Sur la terrasse d'un café dominant la baie de Baxter's Teeth, deux familles, qui semblent n'en former qu'une, se prélassent au soleil. Roz et Lil, les grand-mères, restées belles, entourées de Tom et Ian, leurs fils, et de leurs petites-filles, semblent filer le parfait bonheur. Depuis toujours, Roz et Lil sont aussi inséparables que des sœurs jumelles, et l'affection qu'elles se portent s'est doublée peu à peu d'un amour pour le moins trouble de chacune pour le fils de l'autre. Mais, quand Mary, la femme de Tom, surgit, pleine de colère, l'ombre débarque dans ce tableau idyllique...


En très peu de pages, Doris LESSING nous parle, à travers l'histoire de ces deux histoires d'amour parrallèles, de l'impossibilité de vivre certaines amours dans nos sociétés. Car au final, pour moi, il s'agit d'amour. Oui, d'amour hors normes pour la société bien pensante mais d'amour partagé et consenti par tous les protagonistes. Et pour rentrer dans le moule, on ment, on dissimule et au final personne n'est vraiment heureux ! Un constat bien triste pour ma part, mais une lecture qui ne restera pas bien longtemps dans ma mémoire.


Ma conclusion : Une fois de plus, force est de constater, que ce que l'on accepte assez facilement dans la vie d'un homme, l'est très rarement dans celle d'une femme. Car combien d'hommes vivent ou refont leur vie avec une femme beaucoup plus jeune qu'eux, sans que cela choque le moins du monde !

 

Roman lu dans le cadre du Club "LIRE ET DELIRES" qui se retrouve aujourd'hui autour de l'oeuvre de Doris LESSING qui a reçu en 2007 le prix nobel de littérature pour l'ensemble de son oeuvre. 

 

D'autres avis chez Mango , Passion des livres, 

Les grands-mères de Doris LESSING

Voir les commentaires

2013-09-18T12:51:24+02:00

L'année brouillard de Michelle RICHMOND

Publié par Ici ou ailleurs

Un froid matin brumeux sur Ocean Beach à San Francisco. Emma sautille sur le sable. Abby surveille la fillette de son compagnon qui court devant elle. Elle détourne un instant le regard, son oeil de photographe professionnelle a repéré quelque chose... Lorsque Abby se retourne à nouveau, la fillette a disparu. Noyée? Enlevée? Perdue? En l'absence de demande de rançon et faute d'indices matériels, la police clôt l'enquête. Jake, le père, s'enferme dans le chagrin et s'éloigne d'Abby. Elle seule continue de croire qu'Emma est vivante. Sa quête de l'enfant sera sa rédemption. Se rappeler, à tout prix : la plage, la vague, le parking, le van, le phoque échoué. Torturant sa mémoire, Emma traque l'indice majeur, l'instant fatal, la première minute de l'année brouillard...

                                                                                L-annee-brouillard-copie-1.jpg

Le sujet de ce roman évoque un des pires cauchemars de tout parent. Le genre de cauchemar dont on souhaite se réveiller au plus vite…

Seulement Abby a bien quitté des yeux Emma, juste quelques secondes, le temps de photographier ce petit phoque mort. A partir de là, l’horreur, l’indicible et la quête commence…Celle de Jake mais surtout celle d’Abby écrasée par la culpabilité mais aussi par un sentiment d’amour pour cette petite fille qui n’est pas la sienne. Un sentiment nouveau pour Abby, qui jusque-là n’avait pas ressenti le besoin d’enfants…

Les digressions sur la mémoire, sur l’enfance d’Abby et ensuite sur le monde du surf permettent à ce roman de se maintenir dans le rythme même si je pense qu’il aurait gagné à être un peu plus court…Je me suis vraiment attachée au personnage d’Abigail que j’ai vraiment eu du mal à quitter. J’ai beaucoup aimé la fin de ce roman que j’ai trouvé à la hauteur de cette histoire. Ni trop « happy », ni complètement « pessimiste ». Cette histoire est passée près d’un coup de cœur, en ce qui me concerne… Je rajouterais que ce roman dont la plus grande partie de l’histoire se déroule au cœur de la ville de San Francisco doit être encore plus intense pour ceux et celles qui connaissent un tant soit peu cette ville.

Une lecture qui va me rester en tête un certain temps…

La demoiselle l'a lu et elle a aimé, aussi. 

Les avis d'YS, de Kathel, de Théoma, de Cathulu, d'Antigone

 

Voir les commentaires

2013-09-14T10:00:16+02:00

La fureur dans le sang de Val McDERMID

Publié par Ici ou ailleurs

Le psychologue et profiler Tony Hill, après s'être difficilement remis de sa dernière enquête où il a failli perdre la vie devant un psychopathe hors normes, doit mettre en place une nouvelle unité policière chargée du profilage et composée de jeunes officiers de police pleins d'ambition. Parmi eux se trouve Shaz Bowman, une jeune femme fascinée par la psychologie des délinquants et des tueurs en série, qui compte bien prouver ses aptitudes. Lors d'un exercice s'appuyant sur des dossiers véritables d'adolescents disparus, elle découvre un lien entre plusieurs jeunes filles, qui met en lumière un possible tueur en série mais l'identité de celui-ci paraît ridicule à toute l'équipe...

 

Deuxième volet d'une série qui met en scène le profileur Tony HILL et l'Adjudant-Chef Carol Jordan. Ce polar à la trame classique à l'avantage de nous faire suivre deux enquêtes en suivant les méthodes de la police et du profilage. Quand je dis classique, j'exagère puisque la nouvelle cellule de profilage va être mise à l'écart suite à un évènement tragique ! Lui-même et son équipe mis sous la touche, ils se débattent afin de trouver les preuves nécessaire afin que la police puisse enfin ouvrir  une enquête. Malheureusement, le profilage est encore mal considéré et le district concerné par cette enquête à des oeillères sur les yeux et dans la tête ! En marge de cette affaire de sérial-killer, on suit la relation complexe et délicate entre les deux personnages principaux. La fin du roman est à la hauteur de l'histoire et laisse présager une suite à cette histoire...Un bon cru que ce roman de Val McDERMID, toutefois je lui ai largement préféré "Quatre garçons dans la nuit" car plus original dans son approche profonde des personnages principaux. 

Ma conclusion : Je vais continuer à découvrir l'univers de cette romancière de polars. Euhhhhhhhhhh j'ai pas bien compris la relation entre l'histoire et le titre de ce livre ????? 

Vous pouvez lire par ici l'avis de Joëlle , de Mango

Ici le site de l'auteure

Ce roman entre dans mon challenge "Thrillers et Polars" de Liliba. 

 

 

La fureur dans le sang de Val McDERMID La fureur dans le sang de Val McDERMID

Voir les commentaires

2013-09-10T19:13:32+02:00

Le soleil sous la soie d'Eric Marchal

Publié par Ici ou ailleurs

À l'aube du XVIIIe siècle, un des plus petits États d'Europe, le duché de Lorraine, se relève de l'occupation française, dans l'espoir de connaître une génération de paix. Nicolas Déruet est chirurgien ambulant. Emprisonné à la suite d'une opération durant laquelle le patient est décédé, il est obligé de s'exiler dans les armées de la coalition en guerre contre les Turcs. De retour à Nancy, il développera son art à l'hôpital Saint-Charles et n'aura de cesse de laver son honneur. Des campagnes lorraines aux steppes hongroises, des hôpitaux militaires aux ors des palais royaux, il connaîtra le destin hors norme d'un homme guidé par la passion de la chirurgie et déchiré par le choix impossible entre deux femmes que tout oppose : l'accoucheuse Marianne Pajot et Rosa, marquise de Cornelli...

 

A travers le personnage de Nicolas Déruet, c'est un pan de l'histoire du Duché de Lorraine et de ses relations conflictuelles avec la France de Louis XIV que nous suivons. C'est aussi par son biais que nous découvrons le métier de chirurgien, qui à l'époque, n'est pas spécialement considéréré, en particulier de la médecine et des médecins. Ils sont envisagés comme de simples techniciens et encore...Tout ce côté médical m'a beaucoup intérressé, c'est un sujet qui me plait. Ce roman historique foisonne également de personnages hauts en couleur, ce qui permet de ne pas se lasser du personnage principal.  Si j'ai apprécié cette histoire, j'ai toutefois quelques bémols à soulever. J'ai trouvé ce roman trop long et trop détaillés sur certains points. Je vous avoue que la partie de l'histoire qui se passe en Hongrie a failli me faire abandonner ma lecture. C'est un bon roman bien documenté,mais qui à mon avis, aurait mérité d'être raccourci. 

Un avis trés enthousiaste chez Ys, chez qui, j'avais noté ce roman. Un autre avis chez Sylire. 

 Un livre qui entre dans mon challenge "le pavé de l'été" de Brize puisque ce roman est de 630 pages en broché et de plus de 900 pages en poche.  

 

À l'aube du XVIIIe siècle, un des plus petits États d'Europe, le duché de Lorraine, se relève de l'occupation française, dans l'espoir de connaître une génération de paix. Nicolas Déruet est chirurgien ambulant. Emprisonné à la suite d'une opération durant laquelle le patient est décédé, il est obligé de s'exiler dans les armées de la coalition en guerre contre les Turcs. De retour à Nancy, il développera son art à l'hôpital Saint-Charles et n'aura de cesse de laver son honneur. Des campagnes lorraines aux steppes hongroises, des hôpitaux militaires aux ors des palais royaux, il connaîtra le destin hors norme d'un homme guidé par la passion de la chirurgie et déchiré par le choix impossible entre deux femmes que tout oppose : l'accoucheuse Marianne Pajot et Rosa, marquise de Cornelli...
A travers le personnage de Nicolas Déruet, c'est un pan de l'histoire du Duché de Lorraine et de ses relations conflictuelles avec la France de Louis XIV que nous suivons. C'est aussi par son biais que nous découvrons le métier de chirurgien, qui à l'époque, n'est pas spécialement considéréré, en particulier de la médecine et des médecins. Ils sont envisagés comme de simples techniciens et encore... Ce roman historique foisonne également de personnages hauts en couleur ce qui permet de ne pas se lasser du personnage principal. Si j'ai apprécié ce roman historique, j'ai toutefois quelques bémols à soulever. J'ai trouvé ce roman trop long et trop détaillés sur certains points. Je vous avoue que la partie de l'histoire qui se passe en Hongrie a failli me faire abandonner ma lecture. C'est un bon roman historique, mais qui à mon avis, aurait mérité d'être raccourci. 
Un avis trés enthousiaste chez Ys, chez qui, j'avais noté ce roman. 
Un livre qui entre dans mon challenge "le pavé de l'été" de Brize puisque ce roman est de 630 pages en broché et de plus de 900 pages en poche. 
Le soleil sous la soie d'Eric MarchalLe soleil sous la soie d'Eric Marchal

Voir les commentaires

2013-09-08T16:35:09+02:00

Le village de l'allemand de Boualem SANSAL

Publié par Ici ou ailleurs

Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand. Ils ont été élevés par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leurs parents restaient dans leur village d'Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population du bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d'une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet Allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid... Basé sur une histoire authentique, le roman propose une réflexion véhémente et profonde, nourrie par la pensée de Primo Levi. Il relie trois épisodes à la fois dissemblables et proches : la Shoah, vue à travers le regard d'un jeune Arabe qui découvre avec horreur la réalité de l'extermination de masse ; la sale guerre des années 1990 en Algérie ; la situation des banlieues françaises, et en particulier la vie des Algériens qui s'y trouvent depuis deux générations dans un abandon croissant de la République. «À ce train, dit un personnage, parce que nos parents sont trop pieux et nos gamins trop naïfs, la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.» Sur un sujet aussi délicat, Sansal parvient à faire entendre une voix d'une sincérité bouleversante.


J'ai passé plus d'une semaine sur ce roman qui ne fait que 200 pages ! C'est venu principalement du fait que je n'ai pas réussi à comprendre le transfert de culpabilité ressenti et vécu par le frère aîné. Autant je peux adhérer au besoin de comprendre et de faire des recherches, autant le sentiment de culpabilité est plus délicat pour moi. De plus, j'ai trouvé que la lecture du journal de ce même frère tournait en rond. J'ai continué ma lecture car je voulais voir quel impact la découverte de ce journal pouvait avoir sur le jeune frère et sur les actions qu'il mettrait en place face à toute cette horreur et aux parallèles qu'il pouvait constater dans l'islamisation de la cité ! Tout cela pour finir sur un constat total  d'impuissance de l'individu comme des institutions ! Un livre totalement pessimiste.


Ma conclusion : Familles, parents, LEVEZ les secrets afin que la descendance n'en paye pas le prix ! Quand à moi, je pense que j'ai fait le tour de ce thème (ayant lu et vu beaucoup sur ce sujet) et je suis en overdose, surtout que je trouve qu'on le traite souvent du même côté de la lorgnette...

Le village de l'allemand de Boualem SANSAL

Voir les commentaires

2013-09-01T18:37:44+02:00

Lucy Gayheart de Willa Cather

Publié par Ici ou ailleurs
Lucy Gayheart de Willa Cather

A l'âge de dix-huit ans, Lucy Gayheart part étudier le piano à Chicago. Elle est belle, impressionnable, avec un tempérament ardent, ce qui attire l'attention de Clement Sebastian, un célèbre ténor plus âgé qu'elle, qui décide de la prendre comme accompagnatrice en remplacement de son pianiste habituel. Très vite se noue entre eux une relation qui dépasse le cadre de la simple collaboration. Il lui voit une fraîcheur qu'il n'a plus, et exerce sur elle la sinistre fascination de celui qui sacrifie tout pour retrouver la gloire une dernière fois. Follement éprise, Lucy se jette à corps perdu dans cet amour sans savoir que de cette passion va naître une funeste tragédie. Dans ce roman écrit en 1935, Willa Cather signe une série de variations sur la perte de l'innocence, et toujours ce même sentiment d'exaltation qu'éprouve une jeune fille en quittant sa petite ville de province pour conquérir le monde avec son art.


Une écriture agréable mise au service d'une histoire qui avait du potentiel mais qui retombe comme un soufflet !
Autant j'aurais pu comprendre une passion même ravageuse, autant j'ai eu du mal avec cette exaltation sans borne dans lequel se complet Lucy. Et l'auteure enfonce le clou dans la tristesse et la malchance.


Conclusion : Une histoire que j'avais presque oubliée si je n'avais pas encore le livre à ramener à la biblio !

Un autre avis chez Papillon chez qui j'avais noté ce roman, il y a bien longtemps !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog