Il suffirait de presque rien

Peut-être dix années de moins

Pour que je te dise "Je t'aime"

Que je te prenne par la main

Pour t'emmener à Saint-Germain

T'offrir un autre café-crème

 

Mais pourquoi faire du cinéma

Fillette allons regarde-moi

Et vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

Du vieil amant qui rajeunit

Toi même ferais semblant d'y croire

 

Vraiment de quoi aurions-nous l'air

J'entends déjà les commentaires

"Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire

Elle au printemps, lui en hiver"

 

Il suffirait de presque rien

Pourtant personne tu le sais bien

Ne repasse par sa jeunesse

Ne sois pas stupide et comprends

Si j'avais comme toi vingt ans

Je te couvrirais de promesses

 

Allons bon voilà ton sourire

Qui tourne à l'eau et qui chavire

Je ne veux pas que tu sois triste

Imagine ta vie demain

Tout à côté d'un clown en train

De faire son dernier tour de piste

 

Vraiment de quoi aurais-tu l'air

J'entends déjà les commentaires

"Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire

Elle au printemps, lui en hiver"

 

C'est un autre que moi demain

Qui t'emmènera à St-Germain

Prendre le premier café crème

Il suffisait de presque rien

Peut-être dix années de moins

Pour que je te dise "Je t'aime"

Paroles: Gérard Bourgeois. Musique: Jean-Max Rivière

Retour à l'accueil