d'Ys venant de chez Chiffonnette et qui partira en direction de Keisha.


Entre l'Inde et l'Écosse, des années 1930 à nos jours, l'histoire déchirante d'une femme enfermée, rejetée de la société et oubliée des siens. Un roman d'une beauté troublante, où s'entremêlent des voix aussi profondes qu'élégantes pour évoquer le poids des conventions sociales et la complexité des liens familiaux, de l'amour à la trahison. A Édimbourg, l'asile de Cauldstone ferme ses portes. Après soixante ans d'enfermement, Esme Lennox va retrouver le monde extérieur. Avec comme seule guide Iris, sa petite-nièce, qui n'avait jamais entendu parler d'elle jusque-là. Pour quelle étrange raison Esme a-t-elle disparu de la mémoire familiale ? Quelle tragédie a pu conduire à son internement, à seize ans à peine ? Toutes ces années, les mêmes souvenirs ont hanté Esme : la douceur de son enfance en Inde, le choc de son arrivée en Écosse, le froid, les règles de la haute bourgeoisie et, soudain, l'exclusion... Comment sa propre sœur, Kitty, a-t-elle pu cacher son existence à ses proches? Et pourquoi Iris se reconnaît-elle tant dans Esme ? Peu à peu, de paroles confuses en pensées refoulées, vont ressurgir les terribles drames d'une vie volée...



 

Mon avis : D’emblée, je serais honnête même si j’ai apprécié cette histoire, j’ai largement préféré ‘Quand tu es parti’ qui fut un coup de cœur.  En réalité, je pense que j’avais envie d’être secouée comme je l’avais été lors de ma 1ère lecture de cette auteure et en fait, j’ai été un peu déçue de retrouver le même style, la même construction du récit.

Ce qui n’enlève rien à l’intérêt de roman même si j’ai trouvé un peu bizarre qu’Esme soit si peu abîmée mentalement après 60 ans d’internement et d’isolement.

Ce roman parle des conventions sociales qu'il vaut mieux suivre si on ne veut pas se retrouver les ailes brûlées alors qu'on a même pas commencé à voler, un livre qui parle également de trahison fraternelle

et des secrets familiaux qui sans le savoir se transmettent de génération en génération.

Quand on lit des romans qui parlent des violences faites aux femmes que ce soit l’internement abusif ou autre,  on se dit que la vie d’une femme comptait peu pour la société et même  pour une famille et c’est encore bien souvent le cas dans certains pays...

Qu’avons-nous fait un jour pour que nous soyons si peu considérées ?

De plus, je constate que l’on parle de plus en plus souvent de ces cas d’internements abusifs de femmes, c’est le cas dans le film ‘l’échange’ mais également dans le très beau film ‘Magdalène  sister’s’ et maintenant dans ce livre. La société, la famille, le système médical, tout le monde était complice, c'est effrayant.


Merci à Ys pour ce livre voyageur


Celles qui l'ont déjà lu : Ys bien-sûr, FlorinetteCathulu, Dasola, Aifelle , de Manu

Bookomaton...



Retour à l'accueil