gATSBY.jpg

Dans le Long Island des années vingt, la fête est bruyante et la boisson abondante. Surtout chez Jay Gatsby. Aventurier au passé obscur, artiste remarquable par sa capacité à se créer un personnage de toute pièce, Gatsby, figure solaire par son rayonnement, lunaire par le mystère qu'il génère, est réputé pour les soirées qu'il donne dans sa somptueuse propriété. L'opulence, de même que la superficialité des conversations et des relations humaines, semblent ne pas y avoir de limites. C'est pourquoi l'illusion ne peut être qu'éphémère.

Parmi les invités de cet hôte étrange se trouve Nick Carraway, observateur lucide qui seul parvient à déceler une certaine grandeur chez Gatsby, incarnation de multiples promesses avortées. Ce roman visuel qui se décline dans des tons d'or, de cuivre et d'azur, s'impose également comme la chronique d'une certaine époque vouée, telle la fête qui porte en elle son lendemain, à n'être magnifique que le temps d'un air de jazz.


Mon avis : Cette histoire d’amour idéalisée dans le contexte de l’après première guerre mondiale, avait tous les ingrédients pour être une magnifique tragédie.

Et c’est sûrement comme cela que beaucoup de lecteurs et lectrices l’ont ressenti ?

Ce ne fut pas mon cas et loin sans faut ! Je me suis ennuyée mais alors d’un ennui mortel. Je n’ai pas apprécié l’écriture et les personnages trop impersonnels à mon goût,  ne m’ont ni touchés, ni émus, ni même agacés, c’est dire…Rien n’est approfondi, tout est superficiel comme la vie de ces gens de la haute ou de ceux qui font semblant d’en être. Une lecture qui me laisse un grand sentiment de déception.

 

Logo_LECTURES_COMMUNES.jpg

 

Avec PICWICK

qui entre également dans mon challenge

challenge-100-ans-article-300x225.png

Retour à l'accueil