Un nouveau cadavre est retrouvé à Reykjavik. L'inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un " truc bête et méchant " qui fait perdre son temps à la police... Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la " cité des Jarres ", une abominable collection de bocaux renfermant des organes...

 

Mon avis : J’ai découvert l’univers d’INDRIDASON, avec la femme en vert’ son deuxième polar qui m’a remué et j’ai adhéré de suite au personnage du Commissaire ERLENDUR et à l’univers de cet auteur. ‘La voix’ son troisième opus m’avait toutefois quelque peu déçu. ‘La cité des jarres’ qui est donc le premier de la série  est un cran au dessous du second, à mon humble avis, mais toutefois dans la même veine.  L’enquête en elle-même n’est pas spécialement originale mais elle est menée de manière judicieuse et lente comme dans la femme en vert. Cela donne une impression de réalité. Quand on a lu les deux premiers opus, on sent chez INDRIDASON un besoin de revenir au passé ou dans le passé que ce soit au niveau de l’enquête ou dans l’enfance du commissaire par exemple et cela me plait de faire le parallèle. Une bonne lecture même si à aujourd’hui mon préféré reste ‘la femme en vert’.

 

En aparté : Merci à Erzebeth qui m’a offert ce livre pour mon anniversaire.

 


Retour à l'accueil