Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-11-16T07:00:00+01:00

La couleur pourpre d'Alice Walker

Publié par Anjelica
Roman lu dans le cadre de mon challenge (2/4)
et dans le cadre également du tout nouveau challenge de BOUH
(1/2)

Toute ma vie je m'ai moquée de ce que les gens pensaient de moi. Mais dans mon coeur, c'était important Dieu qu'est-ce qu'il pensait. Et voilà maintenant j'ai compris, il pense pas, il se prélasse là-haut, assis sur son trône à faire la sourde oreille. " Célie est née sous de tristes auspices. Hier régulièrement violée par son père et aujourd'hui négligée par son mari, elle ne connaît des hommes que leurs pires travers. L'amour, pour elle, c'est d'abord Shug, une merveilleuse chanteuse de blues qui saura l'extraire de sa pauvre vie. C'est aussi Nettie, sa sœur, missionnaire en Afrique, avec laquelle elle correspond sans relâche. L'amour, c'est encore le bon Dieu, à qui elle s'adresse parfois, même si elle a l'impression qu'il la laisse un peu tomber.

Mon avis : Il y a des gens et donc des personnages de roman qui naissent avec l’envie de vivre et la foi chevillées au cœur, ce qui leur permet de passer et même de surpasser toutes les épreuves de leur vie et rester eux-mêmes. Celie est un personnage attachant que j’ai suivi avec grand plaisir tout au long de ce roman malgré toute la bassesse humaine qu’elle doit subir. Afin de pouvoir tenir le cap, Celie s’accrochera à l’amour qu’elle a pour sa sœur cadette dont elle restera pourtant sans nouvelles pendant des années et par le suite, par l’amour qu’elle éprouvera pour Shug pourtant l’amante de l’homme avec qui elle vit. Au personnage de Celie, se rajoute d’autres personnalités intéressantes comme Sofia, belle-fille de Celie. Un roman plein d’humanité qui aborde par divers biais, plusieurs sujets : Les conditions de vie des femmes noires, l’inceste, le racisme, l’esclave, l’immigration et l’utopie de l’évangélisation de l’Afrique... Toutefois, j’ai eu un peu de mal au début du roman avec la manière de parler de Celie, qui a été gênante à lire, c’est une particularité qui passe mieux dans le film. La fin du roman est en grande partie épistolaire puisque basée sur la correspondance entre les deux sœurs.
Roman mit en scène par Spielberg en 1986 avec la magnifique Whoopi Goldberg dans le rôle de Celie et que j’ai revu cette année avec toujours autant de plaisir.

Un autre avis celui d'Amanda

Voir les commentaires

commentaires

Manu 21/11/2009 09:24


J'ai l'impression que ça doit être trop triste pour moi


Anjelica 22/11/2009 19:02


Cela finit bien mais il est vrai que ce n'est pas de toute gaité


Restling 18/11/2009 21:08


J'ai vu le film quand j'étais ado et il m'a beaucoup marquée. Je lirais le livre avec plaisir.


Anjelica 22/11/2009 19:13


Si je ne l'avais pas emprunté, je te l'aurais envoyé


Choco 18/11/2009 13:41


et bien je dois dire que je ne sais pas.... oui je sais, ça ne fait pas avancer le schmilblick ...
Pourtant les thèmes sont intéressants...


Anjelica 22/11/2009 19:21


Des fois, on m'a pas envie sans pouvoir en expliquer réellement la raison...


Alex-Mot-a-Mots 18/11/2009 13:36


Un très beau film, très fort. Quant au livre, je ne l'ai toujours pas lu...


Anjelica 22/11/2009 19:21


Encore un livre à noter sur la LAL ?


Laetitia la liseuse 18/11/2009 12:57


J'ai pleuré comme une madeleine en voyant le film. à chaque fois c'est pareil. Les acteurs sont fabuleux. J'ai très envie de lire cette histoire car j'imagine que le film ne fait que le survoler.


Anjelica 22/11/2009 19:22


Le film ne fait pas que survoler, je ne trouve pas mais à laisser de côté certains aspects du livre et un en particulier dont parle 'la nymphette' dans son commentaire.


Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog