Londres, juin 1940. Le « suicide » par défenestration d'une star déchue du muet ne convainc pas l'inspecteur Ted Stratton. Ignorant le véto de ses supérieurs, il continue de mener son enquête, qui va rapidement croiser celle de l'élégante Diana Calthrop, recrutée par le MI5 pour infiltrer un groupuscule pro-nazi. Mais le supérieur de Diana, le puissant Sir Neville Apse, est-il au-dessus de tout soupçon ? Stratton et la jeune femme comprendront-ils à temps que les intérêts des Services secrets et ceux de la pègre londonienne peuvent parfois concorder ? La Guerre de Stratton nous plonge dans l’atmosphère oppressante de la capitale londonienne pendant le Blitz, une période que Laura Wilson connaît bien et qu’elle évoque à la perfection.

                                       la-guerre-de-Stratton.jpg


 

Ce roman est réellement un polar anglais. On y retrouve bien les éléments qui font leurs succès. Dans ce roman, la première chose que l’on ressent, c’est l’atmosphère de Londres sous les bombardements. C’est vraiment très bien rendu, on s’y croirait ! Le deuxième point positif, c’est le personnage de STRATTON. Un policier « ordinaire » qui aime son métier, qui est droit dans ses bottes dans la mesure du possible… Un policier qui aime sa femme et sa famille pourtant ce n’est pas toujours une sinécure…

Et que doit faire ce policier quand sa perspicacité et sa ténacité, l’emmène à travailler avec le pouvoir militaire et les services secrets…Que faire quand leurs intérêts ne font pas bon ménage avec les siens, avec la vérité vraie… ?

Le personnage du colonel, reste suffisamment secret pour être crédible et d’ailleurs l’auteure, bien documentée, s'est appuyée sur un réel agent secret des services anglais.

Le personnage de Diana CALTHROP m’a déconcertée, je n’ai pas réussi à apprécier et à comprendre cette femme…

Reste l’énigme, parfois tout à fait crédible, parfois un peu trop alambiquée à mon goût …Reste qu’il est intéressant de voir les choix qui sont fait par les instances supérieures lorsque des intérêts qui nous dépassent sont en jeu…Par contre, je n’ai pas trop aimé que l’auteure laisse sous-entendre que le colonel par certaines décisions prises, défendent également un de ses secrets …

Une bonne découverte dans ce genre, même si les polars anglais sont quelquefois un peu trop « ambiance » pour moi…

J'ai offert ce livre à Manu lors du swap "Eternel féminin" et cela m'avait donné envie de le lire également. Au final, sans nous concerter, nous l'avons lu presque en même temps !

Vous pouvez lire son avis enthousiaste, ici et un autre avis ici, où j'avais découvert ce polar. 

Je pars quelques jours me reposer, un peu plus au Sud, au milieu des vignes et pas très loin d'un bord de mer. Je vous retrouve dans quelques jours...

 Femmes-du-mondel-ogo


Retour à l'accueil