le-cahier.jpgSous les anciennes statues géantes de Bouddhas détruites par les Talibans, des milliers de familles tentent de survivre dans des grottes. Baktay, une petite fille de 6 ans, entend toute la journée son petit voisin réciter l'alphabet. Elle se met alors en tête d'aller à l'école, quitte à braver tous les dangers.

Sous l'apparence d'une grande simplicité narrative, la plus jeune des filles Makhmalbaf dénonce les ravages de la guerre en Afghanistan et pose la question du devenir des enfants qui sont imprégnés de violence dès leur plus jeune âge.

Film iranien, sorti au cinéma en Février 2008 et en DVD en Avril 2009.

Elle en pense quoi, Anjie ? En passant par le regard et les jeux des enfants, la réalisatrice dénonce la violence et en particulier la violence envers les femmes, en Afghanistan mais aussi en Iran et dans d’autres pays. En vivant dans un pays violent, les enfants, devenus adultes, utiliseront la violence dans leurs rapports humains. Il faudra du temps pour que ce cycle infernal se brise.

Ce film n’est pas facile et il met souvent mal à l’aise alors que l’histoire en elle-même est simple. La manière de filmer, la caméra à l’épaule (je suppose) est parfois gênante.

La fin est sujet à questionnement : Quelquefois, « il faut mourir pour être libre »…

J’ai vu ce film en DVD et j’ai regardé l’interview de la réalisatrice ce qui m’a permis de comprendre une partie de la symbolique et des paraboles de ce film.

Un film à voir.

Retour à l'accueil