le-temps-des-miracles.jpg

 

Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répéter " jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité ". Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire. Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupée de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au cœur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie. Une histoire d'exil bouleversante sur la vérité, le mensonge et la quête du bonheur.

 

Mon avis : J’aurais bien commencé mon avis par une phrase, mais cela aurait dévoilé une partie de l’histoire ce qui aurait été bien dommage. Car ce roman m’a vraiment beaucoup plu, sauf que  je ne sais comment en parler sans le galvauder.  Les deux personnages principaux sont attachants mais c’est bien plus que cela. Ce que j’ai apprécié tout particulièrement c’est l’absence de misérabilisme alors que l’histoire s’y prête, la vision du monde de l’enfance qui m’a semblé juste et bien d’autres choses et en particulier la qualité de l’écriture.  Un sujet délicat, traité avec intelligence et humanité.

Mais si vous voulez vous faire une idée plus précise de ce que l’on peut ressentir à la lecture de ce roman, je vous conseille de lire le billet de Gambadou, chez qui j’avais noté ce livre pour ma demoiselle.Une bien belle lecture pour finir l'année. 

 

En aparté : Zazimuth, un roman que tu peux conseiller les yeux fermés à tes élèves.

 

nbe0008.jpg

Retour à l'accueil