LES-LIENS-DU-SANG.jpgPetit avocat de province, David Sears a grandi sous l'autorité d'un père fou, surnommé le Vieux, et dans l'ombre de sa sœur, l'intellectuelle Diana, promise à un brillant avenir. Mais cette dernière a donné le jour à Jason, un garçon schizophrène dont le père, Mark, spécialiste de génétique, n'acceptera jamais la maladie. Lorsque cet enfant se noie, l'enfer ne fait que commencer. Diana refuse la thèse de l'accident et soupçonne Mark d'avoir poussé leur fils à la mort. Elle adopte alors un comportement de plus en plus étrange, envoie à son frère des messages sur d'anciens crimes rituels et exhume de vieilles histoires sordides à seule fin d'étayer ses accusations. Quand elle finit par emmener dans son sillage la propre fille de David, la situation devient intenable. Tiraillé entre la volonté de défendre sa sœur, ses craintes sur sa santé mentale et les éléments troublants de l'enquête, David décide de faire à son tour la lumière sur la mort du jeune Jason, laissant les spectres du passé menacer l'existence tranquille qu'il s'était péniblement construite...

Mon avis : Une nouvelle fois, Thomas COOK  nous emmène dans la psychologie familiale, ici totalement perturbée et travestie par la schizophrénie du père. Les relations père-enfants, frère et sœur, les non-dits, les rancœurs, la schizophrénie du ou des protagonistes sont au centre de ce drame familial. Comme dans ‘les feuilles mortes’, c’est un des protagonistes qui raconte l’histoire et dans ce cas, c’est le frère qui semble avoir échappé aux néfastes effets de cette maladie mentale…Toutefois, la fin que je ne suis pas bien sûre d’avoir comprise (mon esprit simple et cartésien a du mal à saisir les méandres des esprits tortueux ou malades) m’ a laissé sur un questionnement, finalement qui a tué Jason ?

Si l'un ou l'une d’entre vous a lu ce livre, je veux bien qu’elle m’éclaire ? Un bon suspens psychologique mais un cran en dessous ‘des feuilles mortes’ que je vous conseille si vous souhaitez découvrir cet auteur.


Un autre avis chez Moisson Noire

et chez Pierre Faverolle


En aparté : J'ouvre des livres, je lis quelques pages et je les referme. Dans ces moments là, il n'y a que les polars, thrillers ou autres suspens qui arrivent à se faufiler entre les mailles...

Retour à l'accueil