En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collinsgsworth, l'attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d'esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans des conditions dramatiques. À travers son journal intime, entrecoupé des lettres qu'elle adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie, l'on découvre le passionnant récit de sa survie dans une culture totalement étrangère, à laquelle elle réussira à s'intégrer grâce à son courage et à son intelligence.En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collinsgsworth, l'attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d'esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans des conditions dramatiques. À travers son journal intime, entrecoupé des lettres qu'elle adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie, l'on découvre le passionnant récit de sa survie dans une culture totalement étrangère, à laquelle elle réussira à s'intégrer grâce à son courage et à son intelligence.une-odeur-de-gingembre.jpg

                                                                                   

Mon avis : Honnêtement, je ne sais pas quoi penser  de ce roman et surtout de ce que j’ai éprouvé à sa lecture…Sur les 100 premières pages, j’étais quasiment indifférente et très proche de l’ennui et si cela n’avait pas été une lecture commune et de plus proposer par « Bibi », je pense que je l’aurai laissé tomber. L’intérêt ne s’est manifesté qu’à partir du moment où Mary se retrouve en partance pour le Japon. Pourtant ce roman épistolaire qui se compose de passages du journal personnel de Mary et de lettres à sa mère et à une de ces amies, a bien des points positifs comme le fait de côtoyer la vie des expatriés, de se replacer dans le contexte historique de ces époques, en Chine et au Japon et de constater un tant soit peu  le comportement des autochtones et celui des expatriés. De plus, bien des fois, j’ai trouvé Mary très lucide que ce soit sur le comportement des uns et des autres, sur le contexte dans lequel elle évolue et même vis-à-vis d’elle-même. Mon souci, c’est que dès le début je me suis sentie détachée de cette héroïne et pour moi c’est  gênant surtout dans un roman épistolaire où on partage le quotidien, les sentiments, les questionnements de la personne. Presque jusqu’au bout, elle m’est restée étrangère et surtout je n’ai pas compris son attitude de mère, même si avec le recul, je sais que dans sa situation, à son époque, elle n’avait pas vraiment le choix ! Que ce soit en Europe, en Chine ou au Japon, c’était un monde d’hommes fait pour les hommes où les femmes n’étaient que peu de choses ! Sois belle et tais-toi, on pourrait presque le traduire ainsi. Comme l’a dit si bien Choupynette, Mary fut un roseau, qui plie mais ne rompt pas, malgré l’exil, la perte de ces enfants, cet amour différent et impossible, elle restera fidèle à elle-même tout en ayant eu la capacité de s’adapter…Un challenge délicat à réussir.  


Celles qui ont beaucoup aimé et même pour qui ce fut un coup de cœur : Manu, Zazimuth

Celles plus mitigées, c'est-à-dire,Choupynette, Alex et moi-même,

Et en attente, les avis de Martine, et A-Laure.

Ma soeur Diane a aussi lu ce roman courant Janvier, j'attends d'avoir son avis...

D'autres avis chez BOB. 

Ce roman fait partie de mon challenge les coups de coeur de la blogosphère organisée par Théoma. J'ai donc terminé ce challenge même si j'ai du retard. 

coeur-vs3.jpg

                                            nbe0008.jpg

 

Retour à l'accueil