Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2015-01-26T19:02:26+01:00

Jamais sans elles au Grenier théâtre

Publié par Ici ou ailleurs
Jamais sans elles au Grenier théâtre

Un très beau spectacle de reprises du patrimoine de la chanson française. Au programme, BREL, PIAF, BRASSENS, GAINSBOURG etc

Au début, il m'a fallu un temps d'adaptation à l'écoute de l'orchestration originale de Louis WINSBERG, malgré le fait que j'aime beaucoup la guitare sèche et puis cette gêne est passée. A partir de ce moment j'ai pu apprécié la modernité de ce patrimoine culturel musical et en particulier une très belle version de 'Je m'en fous pas mal' de PIAF. En revanche, cela m'a mise mal à l'aise que la chanteuse soit sur scène avec des lunettes noires.

Louis Winsberg semble connu dans le monde musical d'après ce que j'ai pu lire sur le net. Il a d'ailleurs co-réalisé le nouvel album de Maurane.

Un spectacle que je vous invite à découvrir s'il passe par chez vous, si vous aimez un tant soi peu la chanson française.

Voir les commentaires

2015-01-04T19:52:24+01:00

Paillassan au tapioca

Publié par Ici ou ailleurs
Paillassan au tapioca

Paillassan au tapioca

La demoiselle qui est difficile en ce qui concerne "la mange", aime la cuisine indienne.

Suite à sa demande insistante, je me suis lancée et j'ai réalisé : un poulet korma et un paillassan au tapioca pour le dessert.

Je me suis inspirée d'un blog sur la cuisine indienne et voici la recette du dessert.

 

Le paillassan est un délicieux dessert sucré, simple à réaliser. Il existe plus de 60 recettes de paillassan du Nord au Sud et d'Ouest en Est!

Cette recette est celle du Tamil Nadu.

Ingrédients
4 verres de lait
1/4 de verre de boules de tapioca
1/2 de verre de sucre
1 cuillère à café de : graines de cardamome décortiquées, de noix de cajou non salées, de raisins secs blonds

Préparation
Porter le lait à ébullition. Y ajouter le tapioca, faire cuire à feu doux une vingtaine de minutes en remuant. Y ajouter les graines de cardamome.
Dans un petit peu de beurre, faire revenir les noix de cajou et les raisins.
Verser dans le lait lorsque le mélange a bien épaissi.

Le paillassan se mange tiède ou froid. De préférence, n'attendez pas trop pour le manger car les boules de tapioca vont boire tout le lait pour vous laisser un mélange épais et à mon goût moins intéressant à boire!

Attention au dosage de la cardamone car les personnes délicates aux nouveaus parfums pourraient ne pas apprécier. Si vous voulez tenter ce dessert, la première fois, allégez (éventuellement) la dose de graines de cardamone.

 

Et je profite de ce billet pour vous souhaiter une bien belle année 2015. Que celle-ci vous soit radieuse et vous garde la santé.

 

Paillassan au tapioca

Voir les commentaires

2014-12-29T07:49:30+01:00

Mes dernières séances

Publié par Ici ou ailleurs
Mes dernières séances Mes dernières séances
Mes dernières séances

Qu'Allah Bénisse la France: Adapté du livre autobiographique de Abd Al Malik, "QU'ALLAH BENISSE LA FRANCE" raconte le parcours de Régis, enfant d'immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans une cité de Strasbourg. Entre délinquance, rap et islam, il va découvrir l'amour et trouver sa voie.

Une exception parmi tant de désespérance. Ils sont tant et tant à se perdre dans un monde ou dans un autre...

 

Night Call : Branché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n'aura aucune limite...

Je n'ai pas aimé ce film malgré la prestation de Jake Gyllenhaal. En choississant un personnage limite sociopathe, la dénionciation sous jacente de ce film perd de sa force ! 

 

Whiplash : Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence...

Cette histoire traitée comme un thriller est un formidable duel, un face à face entre un élève tétû et volontaire et un maître intransigeant, limite sadique. La musique est un personnage à part entière, le lien qui met face à face ces deux hommes. 

Voir les commentaires

2014-12-21T16:26:28+01:00

La famille Bélier d'Eric LARTIGAU

Publié par Ici ou ailleurs

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à
ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

 

Et bien voila ! Mais pourquoi les français ne savent pas plus souvent faire des films comme cela ??????

Une histoire qui se tient, qui sonne juste, bien interprétée :) De l'humour, de la tendresse, des moments de joie et de tristesse et une fin, une vraie fin. Comme quoi quand on veut, on peut !

Un bon moment de cinéma que je vous conseille si vous voulez passer un bon moment en famille pour les fêtes. 

La famille Bélier d'Eric LARTIGAU

Voir les commentaires

2014-11-30T11:33:14+01:00

Bande de filles et Qui vive

Publié par Ici ou ailleurs

Bande de filles de Céline Sciamma, sorti en salle le 22 Octobre 2014

Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.

 

Qui vive de Marianne Tardieu, sorti en salle le 12 Novembre 2014.

Retourné vivre chez ses parents, Chérif, la trentaine, peine à décrocher le concours d’infirmier. En attendant, il travaille comme vigile. Il réussit malgré tout les écrits de son concours et rencontre une fille qui lui plaît, Jenny… Mais au centre commercial où il travaille, il perd pied face à une bande d'adolescents désoeuvrés qui le harcèlent. Pour se débarrasser d'eux, il accepte de rencarder un pote sur les livraisons du magasin. En l'espace d'une nuit, la vie de Chérif bascule...

 

Mon avis : Deux films sur la banlieue, c’est bon pour vous plomber le moral ! Peu de perspective, que ce soit pour les garçons ou les filles. Dès que tu veux faire un pas en avant, et encore faut-il avoir envie de le tenter, tu prends le risque d’être pris entre plusieurs pièges ! On dirait que le mot « espoir » a disparu de ces environnements. Des deux films, j’ai préféré le premier qui j’ai trouvé plus intense et bien interprété par les jeunes filles. J’ai moins aimé les coupures plan et la bande son que j’ai souvent ressenti comme inapproprié.

Quand à Qui Vive, j’ai regretté de retrouver chez KATEB, le même genre de personnalité « introverti » comme dans HYPOCRATE.

Bande de filles et Qui vive Bande de filles et Qui vive

Voir les commentaires

2014-11-12T11:00:58+01:00

Heureux, les heureux de Yasmina Reza

Publié par Ici ou ailleurs

"J'ai commencé à éprouver un sentiment, je veux dire un vrai, à ce moment-là. En sortant de la voiture, à Wandermines, sous la pluie. On ne parle pas assez de l'influence des lieux sur l'affect. Certaines nostalgies remontent à la surface sans prévenir. Les êtres changent de nature, comme dans les contes. Au milieu de cette confrérie en habits du dimanche, se pressant vers la mairie pour échapper aux gouttes, tenant le bras d'Odile pour l'aider sur le parvis glissant, j'ai éprouvé la catastrophe du sentiment".


C'est un défilement de petites histoires personnelles plus ou moins liées les unes aux autres par des personnages communs. On peut dire que ces bouts de vie sont axés sur le couple, qu'il soit officiel ou officieux, avec une prédilection pour la désillusion et le pessimisme à tous les étages. Pour tout vous dire, le seul couple qui est heureux en ménage, ont un enfant interné psychiatrique ! Autant vous le dire tout de suite, c'est tout à fait le genre de romans que je déteste ! J'ai horreur de ce pessimisme qui vous colle à la peau, de cette vision du couple. Oui, construire un couple et le faire durer, ce n'est pas toujours une sinécure mais quand même, il y a des couples qui partagent de l'amour et bien d'autres choses...
Autant, j'ai beaucoup aimé "Art" de cette auteure, autant ce petit roman m'a agaçé !
Une tout autre analyse chez Jules

 

Voir les commentaires

2014-11-09T20:31:03+01:00

Le dernier message de Sandrine Madison

Publié par Ici ou ailleurs

Sam et Sandrine Madison enseignent tous deux - elle l'histoire et lui la littérature - à l'université de Coburn, en Géorgie. La nuit où Sandrine succombe à un mélange de vodka et de Demerol, on peut croire à un suicide. Le comportement singulier de Sam lui vaut cependant d'être accusé du meurtre de sa femme, malgré l'absence de preuves. Aux premières heures du procès, tout est envisageable : Sam semble sincèrement effondré et, à l'entendre, Sandrine avait de bonnes raisons de vouloir mourir. Pour autant, il n'est pas impensable qu'il l'ait tuée...


Roman de prétoire mais pas seulement...Nous suivons en parrallèle, le déroulement du procés et les pensées et réflexions de Sam. Si les phases du procès m'ont quelque peu lassée, ce sont des moments qui passent mieux au cinéma (je trouve); suivre les pensées de Sam se révèle plus intérressant. Et le roman prend une tournure plus intense lorsque Sam a une révélation. Ce roman est évidemment l'autopsie d'un couple comme l'aurait écrit "Oates" mais c'est aussi bien plus...C'est aussi une réflexion sur la justice, et également de manière détournée, une histoire d'amour.

Si mon préféré de cet auteur reste "les feuilles mortes", ce livre est tout de même de bonne facture.
Ce livre entre dans le challenge "Polars et thrillers" de Liliba repris par Canel. 

Le dernier message de Sandrine Madison Le dernier message de Sandrine Madison

Voir les commentaires

2014-10-28T11:00:34+01:00

Pride de Matthew Warchus

Publié par Ici ou ailleurs

Eté 1984 - Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de leur marche à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d'un minibus pour aller remettre l'argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

Nos voisins anglais ont le chic pour traiter avec doigté, humour et sincérité, ce genre de sujets. Les français en auraient un film chiant et déprimant, les américains auraient mis du bon sentiment partout. J'aime beaucoup ces petits films anglais qui vous redonnent foi en la solidarité, au combat pour du meilleur. Comme quoi aucune lutte même à petite échelle n'est inutile. Un film que je vous conseille.

Lire l'avis de Dasola 

Pride de Matthew Warchus

Voir les commentaires

2014-10-26T18:15:31+01:00

Mommy de Xavier DOLAN

Publié par Ici ou ailleurs

Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.


Un film fort et qui secoue, avec des personnages qui sont attachants malgré leurs failles, leurs défauts et leurs troubles. Il est clair qui si on rapporte ce film à la jeunesse du réalisateur (producteur etc), cela donne un éclairage encore plus intense. Toutefois, j'ai quelques bémols côté technique. D'abord le son est trop fort que ce soit tout le long du film ou bien pendant les morceaux de la BO . En ce qui concerne le format du film, j'ai pas trop adhéré au format utilisé même si j'ai bien compris "le pourquoi" du choix de Xavier DOLAN. Je pense que le propos du film et la qualité des acteurs auraient suffit à la force du film. Les effets de manches n'étaient pas nécessaires. Malgré ces petits griefs, ce film est à voir.

Ici, vous pouvez lire l'avis de "Sur la route du cinéma" et chez "Cachou". 

Mommy de Xavier DOLAN

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog