Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2008-04-10T06:00:00+02:00

Il était une fois, la première fois...

Publié par Anjelica

Avec sa classe et son humour habituel, c’est Fashion qui m’a taguée cette fois ci. J’avais décidé de laisser tomber un peu les tags mais finalement celui-ci me plait bien.

1. Mon premier job : C’était l’été de 14 ans, je suis partie vivre et travailler  pendant deux mois chez des forains qui avaient un manège d’auto-tamponneuse ! J’ai gardé leurs trois enfants en bas-âge, je faisais également le ménage. Mais le must, c’est que j’ai aussi tenu la caisse du manège, je vendais les jetons et choisissait la musique, un vrai régal, surtout que j’avais la côte avec la gente masculine et que voulez-vous, moi qui ne boit pas, ne fume pas, ne me drogue pas, mon péché mignon a toujours été les garçons. A la fin de ce job, j’étais tellement vanné que j’ai dormi jusqu’à midi pendant les 15 jours avant la rentrée et je ne préfère pas vous dire combien j'ai été payé, une MISERE !

Ma première voiture : J’ai eu mon permis à 18 ans mais ce n’est que quelques mois après que j’ai eu ma première voiture. Ce fut une jolie 204 Peugeot rouge coupé que mon beau-père m’avait préparé dans son garage. Hou la la comme elle était jolie. Seulement 15 jours après, en rentrant de Toulouse à Béziers, je l’ai malheureusement cassée sur l’autoroute. Plus de  peur que de mal. Elle a donc fini dans un garage à Lézignan en Corbières et à chaque fois que j’y passe (c’est sur la route pour aller à Narbonne, Montpellier et Perpignan en venant de Toulouse), j’y pense !

 

3. Ma première page de scrap/web : Celle de ‘Trésors de lecture’, que j’ai créée début 2006 sous l’impulsion de Miss Wikibibi. Et tout à fait honnêtement, je ne pensais pas que l’aventure durerait et qu’elle serait si enrichissante. Grâce à vous tous et toutes c’est une belle expérience

4. Mon premier voyage : Avec ma maman qui avait la bougeotte, j’ai vécu dans plusieurs villes du Sud-ouest mais nous n’avons jamais franchi les frontières ! Je crois que la 1ère fois c’est en Espagne avec mon copain de l’époque. Nous sommes allés visiter Barcelone et nous avons campé à Casteldefels. Je devais avoir 19, 20 ans, je ne me souviens plus exactement.  


5. Mon premier baiser : Il s’appelait Bruno et il habitait dans le même immeuble que moi. Nous devions avoir 13 ans, cela faisait un moment que l’on se tournait autour mais pas facile de franchir le pas ! Nous sommes allés nous promener dans un bois près de chez nous. Un baiser tout simple sur les lèvres, je me rappelle que nous tremblions comme des feuilles. Après plus rien ! Où mon bisou l’a vraiment déçu ou alors ma maman est passée par là , je n’ai jamais su …

 


Je fais comme Fashion qui m’a désigné pour ce tag et je rajoute mon premier coup de foudre pour un homme un vrai , dans la littérature.


6. Mon premier coup de foudre littéraire : Sans conteste, Michel Strogoff. Que j’ai pu aimer ce livre et ce personnage. Je pense que je le relirais un de ces jours.

 


Je ne désigne personne pour prendre la suite, il me semble bien que ce tag a déjà fait des dégâts mais si cela tente quelqu'un, pas de soucis...

Voir les commentaires

2008-04-08T11:00:00+02:00

Asa

Publié par Anjelica

Je ne le fais pas exprès mais ces derniers temps, mes découvertes musicales sont des femmes et pour tout dire je m’en réjouis. C’est l’album d’une jeune artiste africaine que j’ai actuellement dans mes oreilles et c’est un petit régal, à découvrir de toute urgence… N’est-ce pas, Nath ?

 


 

Voici un mini portrait que j’ai trouvé sur Afrik.com

Bukola Elemide, alias Asa (prononcez "Asha", un nom qui signifie « faucon » en yoruba), est un jeune chanteuse Nigériane née en 1982 à Paris alors que son père poursuit ses études. Elle repart à l’âge de deux ans pour le Nigeria sans avoir eu le temps d’apprendre vraiment la langue de sa patrie d’adoption. Les études, ses parents les lui réclameront aussi avant de la laisser voguer de ses propres ailes dans la voie qu’elle a choisie. Asa en profitera pour se perfectionner à la guitare dans l’école de musique du saxophoniste Peter King. Une bourse d’études de l’Association française d’action artistique (Afaa), obtenue en 2004, dans le cadre de son programme "Visa pour la création", va définitivement bouleverser son destin artistique. Le cycle de professionnalisation qui lui est alors offert l’amène à côtoyer, par exemple, Manu Dibango. Animée d’une soif inextinguible d’apprendre et de découvrir, Asa se révèle dans un album de 12 titres où ses racines yoruba, langue dans laquelle elle chante, donnent une note très chaude à une voix qui se met au service de son propos. Tantôt enragé, tantôt apaisé. Ce périple musical qu’elle effectue avec celui qu’elle considère comme son alter ego, son compatriote Cobhams Emmanuel Asuquo dénote d’un esprit conscient des maux de son époque, de son pays et de son continent.

Et pour découvrir ...


Voir les commentaires

2008-04-06T10:19:00+02:00

Le 2ème été

Publié par Anjelica

Résumé : Les quatre inséparables amies : Bridget, Lena, Tibby et Carmen s'apprêtent à passer un deuxième été avec le jean "magique". Elles devraient toutes rester à B. contrairement aux vacances précédentes où elles étaient séparées. Mais tout ne va pas se passer comme prévu et la vie pratique et sentimentale des 4 adolescentes s'annonce mouvementée.

Les vacances approchent. Carmen, Tibby, Bridget et Lena s'apprêtent à ressortir le jean magique, symbole de leur amitié et témoin de leurs aventures. Cette année, l'été s'annonce cependant bien différent... Carmen reste à Washington avec sa mère : crises et turbulences en perspective... Tibby part suivre un stage de cinéma en Virginie mais, même derrière la caméra, ses souvenirs vont la rattraper. Bridget, qui traverse une crise existentielle, décide de se réconcilier avec son passé en rendant une visite surprise à sa grand-mère. Lena, dont le cœur n'est jamais vraiment revenu de Grèce, va percer des secrets de famille insoupçonnés. De surprises en émotions, de rires en larmes, les quatre filles vont une nouvelle fois faire l'expérience de la vie et l'affronter avec courage, humour et détermination.

Mon avis : Cet été là, c’est la bérézina ! Les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu pour nos jeunes demoiselles et elles comprendront que le ‘Jean magique’ ne fonctionne que si elles font chacune un travail sur elles-mêmes.  Lena devra faire face à l’amour, Bridget a son passé et à la perte de sa mère, Tibby a son manque de courage et Carmen a son égoïsme et mauvais caractère.  Ce deuxième opus m’a moins convaincu et plu que le premier. J’ai trouvé la construction des chapitres trop courte pour que l’on soit complètement immergé avec telle ou telle jeune fille. Cela manquait donc de profondeur. Par contre ce 2ème tome confirme mon attachement aux personnalités de Bridget et de Lena, les deux autres ayant plutôt tendance à me taper sur le système.

De plus, mais là, c’est tout à fait personnel, je vous avoue que me retrouver en face de quatre jeunes filles concentrées sur leur nombril et en crise avec leurs mères, c’était une surdose !

Voir les commentaires

2008-04-02T06:00:00+02:00

Vous aimez les sacs ?

Publié par Anjelica
Il y a quelques semaines, en passant chez Zazimuth, j'ai cliqué sur un lien dans un de ces billets et j'ai eu le plaisir de découvrir le blog d'Isa qui fabrique de très jolis sacs avec ces petites mimines. Il y en a pour tous les goûts.
J'en ai offert un à une personne que j'aime beaucoup et je peux vous dire qu'elle est ravie. De plus, Isa, envoie ces livraisons en colissimo donc les risques sont minimisés. C'est donc testé et approuvé !
Je vous invite donc à y faire un tour, c'est par
ici.


Voir les commentaires

2008-03-31T06:00:00+02:00

Des roses et des orties

Publié par Anjelica

Cher Francis,

Il en est de même des rencontres artistiques que des rencontres amoureuses. Il y a les rapides, violentes et passionnées, qui durent un certain temps et qui se terminent souvent en douleur et puis il y a celles qui se construisent petit à petit et qui se bonifient avec le temps, ce qui n’empêche pas des accros de temps en temps.

Ma rencontre avec vous (en tant qu’artiste, bien-entendu) fait partie de la deuxième catégorie. Certains sont devenus fans dès la sortie de ‘Je l’aime à mourir’ et pourtant même si cette chanson est belle, ma symbiose avec vous, ne c’est pas fait avec elle. D’ailleurs, ma vie étant assez agitée à cette période de vos débuts que je ne saurais dire vraiment, à quel moment je suis devenue une de vos inconditionnelles.

A quoi tient une telle osmose ? A des choses toutes simples, je pense. Vous parlait de sujets qui me tiennent à cœur comme l’amour, l’amitié, le racisme, l’indifférence, l’amour de la nature, la liberté, et vous y mettez des mots et des images que j’aime. Et souvent, quand j’écoute un de vos textes, je me dis : < Mais comment a-t-il fait pour trouver ces mots  qui nous touchent, nous émeuvent, qui collent merveilleusement bien au message > ?

L’amour, tout d’abord, l’amour aux multiples visages.  Celui de l’amour d’une mère avec ‘Une star à sa façon’ dans l’album ‘les chemins de traverse’. L’amour d’une femme avec ‘Je l’aime à mourir’, ‘Petite marie’, ‘la fille qui m’accompagne’ et bien d’autres.

L’amour interdit avec une des mes chansons fétiches ‘l’encre de tes yeux’ de l’album ‘Fragile’. L’amour passionnel avec ‘Le pas des ballerines’ de l’album ‘Sarbacane’ et la rupture d’amour avec ‘Encore et encore’.

Le racisme, avec ‘Said et Mohamed’, ‘Leila et les chasseurs’ etc…

Mais je ne vais pas énumérer tous les sujets que vous traitaient avec vérité et justesse, ce serait bien trop long…

J’ai eu le plaisir de vous voir en concert en 1992 lors de la tournée ‘Hors Saison’ et cela reste pour moi un de mes meilleurs souvenirs de ce genre d’évènements.

Mais au-delà de l’artiste, il y a l’homme que vous semblait être qui me plaît. Vous,l’homme resté fidèle à sa région, à son accent, à ces convictions et qui n’a suivi aucune mode mais seulement un chemin personnel et artistique qui lui convenait, l'homme qui aime la féminité et les femmes, il suffit d'écouter 'Elles nous regardent' que l'on trouve dans les 'Beaux dégâts', mais ce n'est pas la seule.

Aujourd’hui sort votre dernier album ‘Les roses et les orties’ et il me tarde de l’écouter en entier mais  si je me fis à la très jolie chanson sensuelle ‘la robe et l’échelle’ qui est déjà passé sur les antennes, je pense qu’une fois de plus, je vais être sous le charme et à cette occasion, je voulais vous dire que j’admire l’artiste que vous êtes et l’homme que vous semblait être.

Dans mon petit monde de bloggeuse, je ne pense pas être la seule à vous apprécier et j’en connais au moins une, je partage donc ce billet avec Florinette et avec Fashion qui en plus vous trouve  'So Sexy'.

Bien entendu, je ne pouvais pas finir ce billet sans quelques vidéos dont une en duo avec Isabelle Boulay sur 'C'était l'hiver' et une avec 'la robe et l'échelle'.

 

Voir les commentaires

2008-03-29T11:00:00+01:00

L'horloge sans aiguilles de Carson McCullers

Publié par Anjelica

Lecture dans le cadre du Club .

Résumé : Dans une petite ville de Georgie, deux hommes s'acheminent vers la mort : l'un J. T. Malone, le pharmacien est rongé par une maladie incurable, l'autre un vieux juge tenaillé par le souvenir du Sud d'autrefois, auquel il identifie son passé d'homme politique et de magistrat. A leurs solitudes respectives correspondent celles de deux adolescents, l'un Noir, l'autre Blanc, et que rapproche une affection mutuelle, mais dangereusement ambivalente. Dans ce livre, où Carson McCullers reprend et explore avec vigueur le thème du racisme, la solitude de l'être humain et la désintégration de l'individu sont indissociables d'une société et d'une culture abolies, mais dont les protagonistes portent en eux la trace indélébile. 

 


Mon avis : Dans ce livre pas d’évènements majeurs sauf vers la fin. Nous sommes en 1953 dans le Sud des Etats-Unis. A travers ces deux hommes et tout particulièrement celui du juge, qui aurait peut-être suffit à l’histoire, on découvre l’état d’esprit de cette communauté blanche. Pas de haine ou de violence, seulement la certitude de ne vouloir rien voir changer, la conviction d’avoir raison. La ségrégation et la ‘soi-disant’ supériorité de la race blanche, ils sont nés et ont grandi avec. Pour eux c’est une évidence, et je vous jure que c’est peut-être encore plus impressionnant que la haine pure et dure !

Deux mondes qui se côtoyaient sans se voir, sans se connaître et se reconnaître.

Est-ce vraiment si différent  aujourd’hui aux U.S.A ou ailleurs ?

Voir les commentaires

2008-03-27T17:00:00+01:00

Echange de thés

Publié par Anjelica
Avec Claire-Jane, nous avions convenu d'un échange de thés et elle a reçu ma petite livraison, il y a quelques jours. Pour voir le colis c'est ici.
Hier, j'ai eu le plaisir de recevoir à mon tour une enveloppe bien rembourrée qui contenait :

-Deux sachets de thé : Du Pacific Star que j'avais noté dans la théothèque de Claire-Jane et du 'Lotus royal' car je voulais découvrir un thé noir aux fleurs blanches,
-Trois échantillons de thé, dont un qui se nomme 'Harem' thés noir, vert et oolong aux fleurs et fruits de Chine et du Bengale,  du 'Baïkal' (j'adore ce nom) et un thé qui sent très bon mais dont le nom restera 'inconnu',
-Une plaquette de chocolat équitable aux noix de cajou (délicieux),
-Une chaussette filtre (pour protéger la nature de nos sachets de thé).

Hebergement gratuit d image et photo
Merci beaucoup Claire-Jane, j'ai été ravie de cet échange avec toi.

PS: Que celles ou ceux qui souhaiteraient faire un échange avec moi, me contacte par mail.

Voir les commentaires

2008-03-25T16:00:00+01:00

Adriana Partimpim

Publié par Anjelica

Et10a_gra.gifJe continue mon exploration de la musique brésilienne et c’est encore une jolie découverte que je viens de faire avec l’album ‘Adriana Partimpim’ d’Adriana Calcanhotto. (Album 2004)

frente.jpgUn album festif et plein de fantaisie. De belles bossas succèdent à de doux délires comme ‘Lig-lig-lig-lé’.  Le bonheur made in Brasil.

Adriana da Cunha Calcanhoto ou plus simplement Adriana Calcanhotto est une chanteuse et une compositrice brésilienne. Elle est née à Porto Alegre dans l'État du Rio Grande do Sul le 3 octobre 1965. Ses compositions regroupent différents styles allant du samba au rock, en passant par la bossa nova, le funk, la pop ou encore des ballades.

Adriana est la fille du batteur d'un groupe de jazz, Carlos Calcanhoto, et d'une danseuse. À six ans, son grand-père lui offre son premier instrument, une guitare. Elle apprend à en jouer et étudie également le chant. Elle plonge rapidement dans diverses influences musicales (MPB) et littéraires (modernisme brésilien). Elle est fascinée par le mouvement antropophagique de Oswald de Andrade, Tarsila do Amaral etc.

Discographie

    * Enguiço (1990);

    * Senhas (1992);

    * A Fábrica do Poema (1994);

    * Maritmo (1998);

    * Público - (Ao Vivo) (2000);

    * Cantada (2002);

    * Perfil (2003);

    * Adriana Partimpim (2004);

    * Adriana Partimpim - O Show (2005

Information prise sur Wikipédia.

Quelques vidéos pour la découverte.


 

Voir les commentaires

2008-03-18T12:20:00+01:00

La cigale a le blues

Publié par Anjelica

La Cigale et la Fourmi

 

La Cigale, ayant chanté
Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
"Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'Oût, foi d'animal,
Intérêt et principal. "
La Fourmi n'est pas prêteuse :
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
- Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? j'en suis fort aise.
Eh bien dansez maintenant !cigale.gif

Pour tout vous dire, j'ai toujours eu une grande tendresse pour cette cigale ...

Celle de ce blog  a  le blues ,  fatiguée, pas envie .  Rien de grave, juste un cumul de petites choses...Alors rien ne sert de se forcer, donc je mets ce petit espace en pause pour quelques jours. J'en profite pour remercier les cop's, les fidèles (elles se reconnaitront), les intermittentes, les nouvelles visiteuses (rs) et les passagers anonymes de cette espace. Il se peut tout de même que je passe chez vous...
Bisous à tous et toutes.
3mgv8pub.jpg

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog