Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #ici on aime les series tv catégorie

2014-06-17T18:04:15+02:00

Mr SELFRIDGE de Jon JONES

Publié par Ici ou ailleurs

Londres, 1909, l'américain Harry Gordon Selfridge lance le premier grand magasin dans le but de rendre le shopping aussi excitant que le sexe. Véritable visionnaire et pionnier, il met un point d'honneur à offrir un lieu magique présentant toute une série d'articles de façon étonnante, inédite, amusante, voire excentrique. L'histoire vraie d'un visionnaire qui va se heurter au conservatisme britannique de l'époque, mais qui va braver l'impossible pour parvenir à ses fins.

 

Pour tout vous dire, dans les 3 premiers épisodes, le personnage de Mr SELFRIDGE m'a un peu tapée sur les nerfs et j'ai failli abandonné la série. Finalement, j'ai fait une pause et je l'ai reprise et j'ai bien fait ! 

Que vous dire ? C'est une série britannique et les séries britanniques, elles ont une qualité, une marque particulière. Elles semblent plus réalistes. Les personnages féminins sont bien présents avec des personnalités interressantes et complexes. Comme dans Downton Abbey, en parallèle de la vie professionnelle et familiale de Mr SELFRIDGE, nous suivons la vie de certains employés du magasin et l'évolution de la société. (Les suffragettes, la guerre 14-18 etc). Une série que je vous recommande si vous appréciez les séries "english".

 

Un autre avis chez Melle EMMA 

Mr SELFRIDGE de Jon JONES

Voir les commentaires

2014-01-25T17:43:30+01:00

Downton Abbey de Julian Fellowes

Publié par Ici ou ailleurs

Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une situation délicate : le domaine est soumis à l’entail, c'est-à-dire qu'il doit intégralement passer à un héritier mâle, le titre de Lord Grantham, le domaine et la fortune de la famille étant indissociables. Les trois filles ne peuvent prétendre ni au titre ni à l'héritage. Matthew Crawley, un lointain cousin, est le nouvel héritier. Il arrive à Downton Abbey où il découvre un style de vie nouveau pour lui, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs.

 

Alors autant vous le dire de suite, j'ai absolument adoré, j'étais complètement addict ! Cette série nous raconte l'histoire en parrallèle de la famille Crawley et de leurs domestiques de 1912, au moment du naufrage du titanic, à l'après-guerre de 1914. Tous les personnages sont très bien campés et ne sont pas monolithiques. Comme dans toute bonne série, vous aimez ou adorez ou bien détestez certaines personnalités. Il faut dire que certaines valent leur pesant d'or en particulier la douairière Violette, jouée par la merveilleuse Maggie SMITH. 

Il y a bien quelques situations qui m'ont parues un trop belles pour être vraies mais ce n'est qu'un détail tant la qualité de cette série est indéniable ! 

Vous l'avez compris une série britannique que je vous conseille vivement. 

Downton Abbey de Julian Fellowes
Downton Abbey de Julian Fellowes
Downton Abbey de Julian Fellowes
Downton Abbey de Julian Fellowes

Voir les commentaires

2009-11-12T09:00:00+01:00

Braquo en duo

Publié par Anjelica
Comme nous avons vu cette série, pas ensemble mais toutes les deux, Choupynette m'a proposé un billet en duo, c'est donc ce que nous vous proposons ce jour, elle et moi.

Braquo

 

Création canal+. D’Olivier Marchal, avec Jean-Hughes Anglade, Nicolas Duvauchelle, Karole Rocher entre autres.


Résumé :

 

Dans un commissariat du 92, un flic se donne la mort alors qu’il est interrogé par l’IGS (inspection générale des services). Ses plus proches collègues Eddy (Anglade), Walter, Théo et Roxane vont tenter de lui rendre, post portem, son honneur. Mais tout dérape et va de mal en pis. Les flics passent la ligne jaune et se comportent comme des voyous, pris dans un engrenage qui semble implacable. Tueries, courses poursuites, braquages (braquo dans le jargon), tout y passe. La bande des 4 s’engage dans une fuite en avant éperdue.


Que dire alors de cette série annoncée à grand renfort de panneaux en 4 par 3 par la chaîne cryptée ?


L’histoire :

 

Mon avis : Originale pour une série française sur la police mais peu crédible sur bien des points et vraiment limite à force de vouloir justifier les actes de ces ‘ripoux’ par obligation.

 

L’avis de Choupynette : Il faut le dire, par moment, j’ai eu un peu l’impression de me retrouver dans le style de narration à la Jack Bauer : beaucoup de rebondissements, des personnages principaux (on ne peut décidément pas les appeler « héros ») poussés à commettre des actes de plus en plus graves, bref, ces policiers qui transgressent allègrement les règles et les lois, à grand renforts de « on n’a pas le choix ». Cette phrase, entendue dans chaque épisode à plusieurs reprises, finit par ressembler à un leitmotiv, et une justification perpétuelle plutôt gênante. Elle nourrit les rebondissements incessants de la série, et met en exergue la situation intenable des policiers.

 

Les personnages :


Mon avis : Ils m’ont donné l’impression de pouvoir représenter un certain désespoir de la police mais je dis cela je ne dis rien puisque je ne connais ni ne fréquente personne qui travaille dans ce milieu. Par contre, c’est très déstabilisant de voir des personnages aussi limites, on se dit (comme dans la série) que les évènements peuvent déraper facilement si ces hommes sont aussi proches du point de rupture…

 

L’avis de Choupynette: A la fois nuancés et un peu trop stéréotypés à mon goût, les personnages de Braquo, Eddy en tête, sont à l’image de la série : désespérés et désespérants. Un camé, un joueur compulsif, une pute au grand cœur etc… Lorsque l’histoire s’attache à nous les faire découvrir, on entrevoit des personnages moins carrés qu’au premier abord, mais cela reste toujours une ébauche, a peine esquissée, qui nous laisse sur notre faim.


La réalisation :

 

Mon avis : Je suis d’accord avec Choupy, la réalisation est vraiment réussie. On baigne bien dans une ambiance urbaine grise, triste, sinistre.


L’avis de Choupynette : Nerveuse, très rythmée, la réalisation est excellente. L’environnement choisi par Olivier Marchal, très sombre (usine désaffectées, costumes sombres) usant beaucoup des contrastes ombre/lumières contribue pleinement à construire une atmosphère pesante, hésitant entre jour et nuit, semi-obscurité propice aux actes illégaux et aux compromis avec l’autorité, la conscience, la loi. Branchée sur la prise « adrénaline », la série emballe son public dans une course effrénée.


Appréciation globale :

 

Mon avis : Le thème comme le traitement rythmé et urbain de cette série permet de sortir quelque peu des sentiers battus et à au moins le mérite de ne pas montrer que le bon côté de l’institution policière.

Mais pour moi, c’est justement là que le bas blesse. Je suis ressortie très mal à l’aise de cette série car comme certains ne le savent peut être pas mais Olivier MARCHAL le réalisateur, vient de ce milieu. On peut donc supposer, fort à propos, qu’il sait de quoi il parle et que ce qu’il nous montre dans cette série représente une certaine réalité de la police et bien dans ce cas, je peux vous dire que cela fait peur !

 

L’avis de Choupynette : Braquo est somme toute une série agréable à regarder, pleine de rythme, servie par des acteurs crédibles et bien menés. Toutefois, je ne peux m’empêcher de me poser des questions sur la suite, puisqu’il devrait y en avoir une, car avec tout ce que nos anti-héros ont du affronter, qu’est-ce qu’il va bien pouvoir leur arriver. Car ce qu’ils ont déjà fait, c’est… énorme.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog